La neurostimulation, un espoir pour les migraineux ?

© getty

Mal à se taper la tête contre le mur… Cette expression - imagée et violente - est une réalité pour les personnes qui souffrent de migraine chronique.

Et quand les médicaments ne font plus d’effet, la recherche scientifique peut parfois apporter des réponses.

Zoom sur les espoirs portés par la neurostimulation

Publicité

La neurostimulation contre la migraine, une indication spécifique

Aujourd’hui, les personnes souffrant de migraine chronique (maux de tête violents pendant plus de 15 jours par mois), bénéficient d’un double traitement :

  • un traitement de fond, destiné à faire baisser la fréquence et l’intensité desmigraines, et
  • un traitement de crise, pris pour endiguer la douleur.

La première cause de migraine chronique est l’automédication (par abus d’antalgiques). Il est donc impératif de consulter rapidement en cas de migraines récidivantes afin de bénéficier de médicaments spécifiques.

Or, sur les 2 millions de Français qui souffrent de migraine chronique, on constate que 1 à 2% ne répondent plus au traitement qui leur est donné.

Publicité
Publicité

La neurostimulation - c’est-à-dire la stimulation électrique ou magnétique de structures nerveuses - pourrait devenir une alternative au traitement de fond.

La neurostimulation contre la migraine, des études prometteuses

Plusieurs études sont menées dans le monde, pour tester l’efficacité des techniques de neurostimulation sur les migraines chroniques. Celle qui affiche le meilleur rapport bénéfices/risques consiste à stimuler le nerf grand occipital, ou nerf d’Arnold, un nerf situé dans la nuque qui innerve notamment le cuir chevelu.

A noter que des injections de Botox ont également donné de bons résultats dans le traitement des migraines chroniques résistantes aux traitements médicamenteux.

Dans cette technique, comme les autres, réservée uniquement aux patients réfractaires aux médicaments, on place une électrode sous la peau à l’arrière de la tête. Cette électrode est reliée à un petit boîtier implanté au niveau de l’abdomen qui stimule en permanence le nerf, pour moduler l’activité du système nerveuxcentral et réduire lasensibilité à la douleur.

Publié par Stéphanie Koplowicz, Journaliste Santé le Lundi 17 Septembre 2012 : 00h00
Mis à jour le Lundi 17 Septembre 2012 : 13h42
Source : Docteur Delphine Magis, Unité de Recherche sur les Céphalées, CHR de la Citadelle, Liège.
Etude: “Prevention of Migraine by supraorbital transcutaneous neurostimulation using the Cefaly® device (PREMICE): a multi-centre, randomized, sham-controlled trial.”         
Jean Schoenen1, MD, PhD; Bart Vandersmissen2, MD, Sandrine Jeangette3, MD, Luc Herroelen4, MD,  Michel Vandenheede5 , MD, Pascale Gérard1 , Phy, Delphine Magis1 , MD, PhD. 3rd EHMTIC, London, sept 2012.