Les moustiques ont leurs préférences

Face aux piqûres de moustiques nous ne sommes pas tous égaux. Des chercheurs anglais semblent avoir trouvé une explication, laquelle pourrait être utilisée pour la fabrication de produits anti-moustiques.
Publicité

Pourquoi certaines personnes se font constamment dévorer par les moustiques, alors que leurs voisins sont épargnés ? L'explication se trouverait dans les substances chimiques émises par le corps. Et jusqu'à récemment, on pensait que les personnes assaillies par les moustiques produisaient certaines substances chimiques attractives pour les moustiques. Il semblerait que ce soit l'inverse : les sujets épargnés émettraient davantage de composés répulsifs que les autres.

Pour arriver à cette conclusion, des chercheurs ont commencé par observer des vaches. Ils se sont aperçus que le nombre de mouches présentes au-dessus d'un troupeau dépendait de la présence de certaines vaches. Ainsi, en éloignant les animaux qui semblent repousser les mouches, le même troupeau se retrouve davantage ennuyé par ces insectes. Ce phénomène étant probablement dû à l'émission de signaux chimiques qualitativement différents, ceux-ci ont été analysés. Les vaches ne présentant pas d'attrait pour les insectes produiraient plus de composés répulsifs que de composés attractifs. Un composé répulsif ayant été isolé, le « 6-méthyl-5 hepten-2-one », celui-ci a été appliqué sur le dos des vaches. Résultat, le nombre d'insectes incommodant le troupeau était réduit.

Publicité
Publicité

Les chercheurs ont alors recueilli l'odeur de personnes volontaires, afin de les soumettre à des moustiques et d'observer leurs préférences. Pour cela, les insectes ont été placés à l'intersection de deux compartiments, l'un contenant l'odeur humaine prélevée, l'autre de l'air normal. Les moustiques tendent à préférer le compartiment contenant l'odeur des personnes ayant déclaré être préférentiellement piquées par rapport à leurs voisins.

En conclusion, les personnes épargnées par les moustiques diffuseraient davantage de composés répulsifs. Inversement, les personnes assaillies par les moustiques émettent naturellement moins de substances répulsives que les autres.

Il semblerait que les fabricants de produits anti-moustiques disposent désormais de nouvelles données pour mettre au point des formules plus efficaces, fondées directement sur le choix de l'hôte par les moustiques.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 02 Août 2005 : 02h00
Source : James Logan et collaborateur, Conseil britannique de recherche en biologie et en biotechnologie, BBSRC Business, janvier 2005.