Morts subites : bientôt la fin du Motilium® et de la dompéridone ?

La revue indépendante Prescrire se mobilise à nouveau contre le Motilium® et appelle les autorités à supprimer ce médicament du marché.En effet, le Motilium® et ses génériques (dompéridone), utilisés contre les nausées et les vomissements, sont associés à une augmentation du risque de troubles du rythme cardiaque et de morts subites.
© Istock

Risque accru de morts subites sous Motilium®

Selon les estimations de Prescrire qui tiennent compte des données de remboursement de l’Assurance maladie et de la fréquence des morts subites en France, le Motilium® serait responsable en France de 25 à 120 décès (par mort subite) en 2012.

Or la dompéridone n’a qu’une efficacité modeste contre les nausées et les vomissements…

En conséquence, Prescrire demande le retrait de ce neuroleptique exposant aux troubles du rythme cardiaque.

À noter qu’en 2005, des études avaient déjà montré un risque accru de morts subites d’environ 1,6 à 3,7 fois plus élevé chez les patients prenant du Motilium®. En France, l’Agence du médicament a alerté les médecins et les pharmaciens de ces risques et en mars prochain, elle devra se prononcer officiellement sur le devenir de ce médicament : retrait, préconisation de diminution des doses ou de la durée du traitement ?

Motilium®, que retenir en pratique ?

Toujours selon les données de l’Assurance maladie, près de 7 % des adultes ont pris au moins une fois du Motiliium® ou un de ses génériques en 2012, soit environ 3 millions de personnes.

Si ce médicament présente des risques, il doit être retiré du marché, d’autant plus qu’il existe d’autres solutions moins risquées et plus efficaces contre les nausées, à commencer par le Primpéran® ou le Mopral® en cas de reflux gastro-œsophagien.

Mais il faut également savoir que les nausées disparaissent le plus souvent spontanément ou avec de simples mesures diététiques.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Prescrire, 19 février 2014, http://www.prescrire.org/fr/3/31/49187/0/NewsDetails.aspx