Mélanome : faut-il se méfier des crèmes solaires ?

Certains bruits ont circulé autour des crèmes solaires, les soupçonnant d’augmenter le risque de mélanome. Un comble sachant que l’application de crème solaire a justement pour objectif de nous protéger des UV et donc du cancer de la peau. Mais, à tort ou à raison ?

PUB

Les crèmes solaires ne sont pas cancérigènes

Parallèlement à la mode du bronzage (et à l’utilisation de la crème solaire diront certains), la fréquence des cancers de la peau s’est considérablement accrue. Aujourd’hui 9.000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année dans notre pays. Outre les expositions excessives au soleil et aux UV artificiels, certains autres facteurs de risque sont bien connus : le phototype clair (peau claire, cheveux bonds ou roux avec de nombreux grains de beauté), les antécédents familiaux de mélanome, les antécédents personnels de cancer, l’immunodépression.

PUB
PUB

Un autre facteur de risque est soupçonné : l’application de crème solaire, laquelle refermerait des substances cancérigènes. Afin de vérifier cette hypothèse, des chercheurs chinois ont procédé à l’analyse de 21 études (24.000 participants et 7.150 cas de mélanomes) ayant porté sur l’utilisation de produits solaires et le risque de mélanome.

Au final, aucun lien n’a été mis en évidence entre la crème solaire et le mélanome.

Les grandes règles de prévention du mélanome

Cette conclusion est très rassurante dans la mesure où l’application de crèmesolaire fait partie des principales mesures de prévention des cancers de la peau. Donc pas question de s’en passer ! Nous devons tous protéger notre peau du soleil et les produits solaires ont fait la preuve de leur utilité. À condition bien sûr de ne pas en profiter pour s’exposer davantage sous prétexte que l’on est protégé. Parmi les autres conseils de prévention : ne pas s’exposer longtemps, jamais entre 12 et 15h, porter des vêtements couvrants, jamais de bronzage en cabine.

Publié le 21 Mai 2015 | Mis à jour le 21 Mai 2015
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Fang Xie et al.
Voir + de sources
, Int J Clin Exp Med. 2015; 8: 2378–2384.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés