Médicaments trop chers : la Ligue contre le cancer monte au créneau

Publié le 11 Avril 2016 par Brigitte Bègue, journaliste santé
« Demain, pourrons tous être soignés ? », c’est la question posée par la Ligue contre le cancer qui  lance une pétition contre les prix « exorbitants » de certains médicaments anticancéreux.
PUB
© Istock

Médicaments contre le cancer : 30% du prix pour le marketing

PUB

En mars dernier, 110 cancérologues de renom tiraient déjà la sonnette d’alarme sur le coût « d’abord croissant et maintenant exorbitant » des nouveaux médicaments contre l e cancer. Aujourd’hui, c’est au tour de la Ligue contre le cancer : « Les médicaments innovants ne sont pas des biens de consommation comme les autres, ils relèvent d’une nécessité, pas d’un choix. Pourtant, près d’un tiers du prix d’un médicament anticancéreux correspond au coût du marketing pour le promouvoir, davantage que celui de la recherche et du développement concernant ce même médicament qui ne représente que 15% ».

PUB

Médicaments trop chers : l’accès aux soins menacé ?

A titre d’exemple, le prix d’un récent médicament contre les mélanomes est évalué à 100 000 euros par an et par patient. Un prix qui pourrait compromettre un jour les espoirs de survie des patients car si, pour l’heure, les anticancéreux sont intégralement remboursés par l’assurance maladie, pourra-t-elle continuer à le faire ? « A terme, seuls quelques patients, pouvant financer eux-mêmes leur traitement pourront accéder à certains médicaments innovants », s’inquiète la Ligue contre le cancer. Au Royaume-Uni, certains anticancéreux, pourtant efficaces, sont déjà dé-remboursés en raison des dépenses qu’ils font peser sur le système de santé.

Source : Communiqué « Pour la fin des prix exorbitants des médicaments contre le cancer », Ligue nationale contre le cancer, 7 avril 2016.
PUB

A lire aussi

Nouveaux médicaments : une hausse des prix dénoncée

France Alzheimer s’oppose au déremboursement de quatre médicaments

Cancer : les médecines alternatives à l'hôpital

Cancer du sein métastasé : mieux vaudrait éviter le palbociclib (Ibrance®)

Cancer : la chimiothérapie, un traitement de plus en plus fréquent

Santé : ce qui va changer au 1er janvier

Plus d'articles