Médicaments sur le net : arnaques et contrefaçons
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 23 Janvier 2006 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 03 Novembre 2011 : 14h09
Sur de nombreux sites internet, il est possible d'acheter en ligne des médicaments. On peut même se procurer des spécialités pharmaceutiques normalement disponibles uniquement sur ordonnance. Prudence, ces produits peuvent présenter de réels risques pour la santé. Les autorités ont formulé de nouvelles mises en garde.
PUB

DHEA, mélatonine ou créatine

Internet est idéal pour se procurer des médicaments n'ayant pas été soumis à l'évaluation des autorités sanitaires. C'est le cas par exemple de la DHEA, de la créatine, de la mélatonine ou de la pregnénolone. Ces produits n'ont pas démontré qu'ils apportaient davantage de bénéfices que de risques. C'est la raison pour laquelle ils sont déconseillés et n'ont pas reçu d'autorisation de mise sur le marché en France.

PUB
PUB

Charlatanisme

Et enfin, certains revendiquent faussement une efficacité alors qu'ils ne présentent aucun intérêt thérapeutique. En plus d'effets néfastes, de tels médicaments peuvent détourner un patient d'un traitement approuvé dont il a besoin.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 23 Janvier 2006 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 03 Novembre 2011 : 14h09
Source : Mise en garde de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), 16 janvier 2006.
PUB
PUB
A lire aussi
Contrefaçon de médicaments : attention danger ! Publié le 10/02/2016 - 09h44

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la vente de faux médicaments est responsable de 700 000 décès chaque année dans le monde. Le trafic de la contrefaçon de médicaments concerne environ 10% des molécules en circulation et 62% de celles vendues sur Internet. Les 10 conseils pour ne...

Alerte à la contrefaçon de médicamentsPublié le 06/04/2016 - 15h09

Le trafic de faux médicaments ne cesse d’augmenter partout dans le monde. La France est épargnée pour l’instant par la contrefaçon de médicaments, mais des experts, réunis à Paris sous l’égide de l’Académie nationale de médecine, lancent l’alerte.

Plus d'articles