Mauvaise journée au travail : ses effets sont éphémères

D'après une très sérieuse étude psychologique américaine, s'il nous arrive de revenir de mauvaise humeur à la maison après une journée difficile au travail, cette humeur noire dure rarement longtemps quand nous nous retrouvons dans notre cercle familial.

La mauvaise humeur liée au travail ne dure généralement pas

Des chercheurs de l'université de Floride aux Etats-Unis ont observé que tant la bonne que la mauvaise humeur peut s'étendre au temps passé à la maison.

Toutefois, l'effet de la satisfaction au travail sur l'humeur n'est généralement que temporaire et dépend largement de la personnalité de la personne en question.

Les frontières entre le travail et la famille sont assez perméables et c'est une preuve de plus que les gens ramènent effectivement leurs soucis concernant leur profession à la maison. La seule consolation est que les effets en sont éphémères et ont disparu le lendemain.

Humeur : évaluation sur une échelle à 6 points

Dans le cadre de cette étude, les scientifiques américains ont observé un échantillon sélectionné complètement au hasard de 74 employés travaillant à l'université de Floride qui disposaient d'un ordinateur au bureau et à la maison. Ce groupe était constitué d'employés administratifs tels des secrétaires et des chefs de bureau.

Chaque participant devait répondre chaque jour à des questions portant sur sa satisfaction au travail et son humeur à 9h du matin, à midi et à 3h de l'après-midi au travail et à 9h du soir à la maison, et ce pendant deux semaines consécutives. Les psychologues évaluaient ensuite l'humeur de ces employés sur une échelle comprenant 6 points basée sur leur réaction par rapport à des affirmations du genre "j'ai l'impression que chaque minute passée au travail est interminable" ou "j'éprouve beaucoup de plaisir à accomplir mon travail".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Judge, T. Journal of Applied Psychology, August 2004 ; vol 89 : pp 661-673.