Les allergies sont plus graves et plus fréquentes chez l'enfant

Publié le 20 Mars 2018 par Aurélie Blaize, journaliste santé
Si les allergies augmentent en France, elles sont encore largement sous-estimées par les Français et mal connues. Un sondage Ifop réalisé pour l'association Asthme&Allergies montre que 87% des parents ne savent pas que cette maladie peut être diagnostiquée dès les premiers mois de l'enfant. 
PUB
© Adobe Stock

Non une allergie n'est pas anodine et à prendre à légère. Or u n sondage Ifop réalisé en février 2018 pour l'association Asthme&Allergie annonce que 64% des Français n'ont pas conscience que l'allergie peut survenir à tout âge de la vie et 87% ignorent que la maladie peut être diagnostiquée dès les premiers mois de l'enfant. "Chez l'enfant, les allergies sont aujourd'hui plus graves et plus fréquentes" explique le Pr Jocelyne Just, pneumologue-allergologue pédiatrique et chef de service à l'hôpital Trousseau, dans un communiqué de l'association. Un enfant qui naît aujourd'hui avec un parent allergique a un risque de 30 à 50 % de le devenir lui-même. Dans les zones polluées, les enfants souffrent 2 fois plus d'asthme allergique et 3 fois plus d'eczéma que dans les zones où la pollution est plus faible. De plus, l'allergie alimentaire est 2 à 3 fois plus fréquente chez l'enfant que chez l'adulte  et on estime que 10% des enfants sont asthmatiques. Pour les parents d'enfants touchés par l'allergie, les médecins traitants (62%) et les médecins allergologues (56%) sont les premiers relais cités pour les informer et les aider à faire face à l'allergie de leur enfant.

PUB
PUB

Les allergies diagnostiquées 7 ans trop tard

Malheureusement, l'association souligne qu'en France, les allergies sont diagnostiquées à un stade très tardif : 7 ans en moyenne entre l'apparition des premiers symptômes allergiques et la consultation d'un allergologue : "Sept années pendant lesquelles la maladie, non prise en charge, s'aggrave et dégénèreen asthme par exemple en cas de rhinite allergique." Pour Christine Rolland, directrice d'Asthme & Allergies "il est intolérable en 2018 de laisser de jeunes enfants dans une situation d'abandon thérapeutique alors que des solutions de dépistage, de prévention -comme l'éviction- et des traitements existent". Quant à Jocelyne Just, elle estime que "la mobilisation citoyenne est juste indispensable".

En 20 ans, le nombre de personnes allergiques a doublé et l'OMS estime que 50 % de la population mondiale sera affectée par au moins une maladie allergique en 2050.

Source : Étude réalisée par l'IFOP pour l'association Asthme & Allergies menée auprès d'un échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas, après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 21 au 23 février 2018.
PUB
PUB

A lire aussi

Allergie : peut-on devenir allergique sur le tard ?

Et si c’était une allergie ? Les signes qui doivent vous alerter

La Journée française de l’allergie cible les jeunes

Interview : elle coure, elle coure l'allergie...

Allergies respiratoires, pensez à l’immunothérapie !

Asthme & Allergies : pour protéger vos enfants, posez vos questions !

Plus d'articles