Immunothérapie contre le cancer : la technique récompensée par le prix Nobel de médecine

© Adobe Stock

Le prix Nobel de médecine récompense cette année deux chercheurs ayant travaillé sur l’immunothérapie. On fait le point sur cette technique utilisée comme traitement contre le cancer.

PUB

Ils s’appellent James P. Allison et Tasuku Honjo. Le premier est américain, le second japonais et ils ont tous les deux reçu le prix Nobel de médecine lundi 1er octobre 2018. Leurs travaux ainsi récompensés portent sur le développement de l’immunothérapie pour combattre le cancer.

Déclencher une réponse immunitaire

Mais en quoi consiste cette technique ? L’immunothérapie agit "en stimulant la capacité inhérente à notre système immunitaire d’attaquer les cellules cancéreuses" décrit l’Assemblée Nobel de l’Institut Karolinska de Suède dans le communiqué qu’elle publie le 1er octobre 2018 pour annoncer cette récompense. En pratique, l’immunothérapie utilise des lymphocytes T - une catégorie de globules blancs appartenant à l’arsenal immunitaire de l’organisme - ou des anticorps – des molécules impliquées dans la reconnaissance d’agents extérieurs considérés comme pathogène (virus, bactérie…). L’un ou l’autre de ces éléments peut être employé pour déclencher une réponse immunitaire du ou de la patient·e.

PUB
PUB

Mélanome et cancer du poumon

Dans les années 1990, James P. Allison et Tasuku Honjo ont travaillé indépendamment sur cette réponse immunitaire. James P. Allison et son équipe avaient alors mis au point un anticorps capable de se lier à une protéine appelée CTLA-4. Cette association libérait les freins des lymphocytes T, ce qui les autorisait à attaquer les cellules cancéreuses chez les souris sur lesquelles les chercheurs expérimentaient leurs travaux. Puis, en 2010, une étude clinique permet de montrer que cet anticorps avait un effet remarquable sur les personnes atteintes d’un mélanome à un stade avance.

De son côté, Tasuku Honjo s’intéresse au même moment à une autre protéine appelée PD-1 qui agit également comme un frein à l’activité des lymphocytes. Cibler cette protéine revient à libérer le frein et à doper la réponse immunitaire des patients. En 2012, des travaux menés sur des patients humains montrent l’efficacité spectaculaire de cette technique en particulier contre le cancer du poumon.

"C’est le rêve de tout le monde"

Depuis, les travaux sur ces techniques inhibant les protéines CTLA-4 et PD-1 se sont multipliés et se sont révélés efficaces contre les cancers du poumon et du rein, des lymphomes et des mélanomes. Ainsi, l’immunothérapie est aujourd’hui reconnue comme un véritable traitement contre le cancer. "Je n’ai pas encore réalisé. Je faisais de la science fondamentale. Voir mes travaux avoir un réel impact sur les gens est l’une des meilleures choses auxquelles je puisse penser. C’est le rêve de tout le monde" a témoigné James P. Allison lors d’une conférence de presse, selon un article d’actualité paru dans le journal Nature.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés