L’hormone de croissance restera remboursée

© getty

La Haute autorité de santé (HAS) a réévalué les traitements par hormone de croissance prescrits à des enfants dits non déficitaires, soit à des enfants de petite taille qui peuvent grâce à ce traitement gagner quelques centimètres, ou améliorer leur état de santé général. Les conclusions sont en faveur du maintien du remboursement, à condition de respecter strictement les précautions d’usage et de faire bénéficier aux enfants d’une prise en charge globale.

Publicité

L’hormone de croissance est actuellement prescrite à des enfants qui présentent un déficit en cette hormone, mais également à des enfants de petite taille qui ne présentent pas de déficit biologique en cette hormone de croissance. Sont également concernés les enfants atteints de certaines maladies rares : syndrome de Turner, de Prader Willi, insuffisance rénale chronique, déficit en gêne Shox. En tout, 6.000 enfants sans déficit en hormone de croissance sont concernés par ce traitement.

Publicité
Publicité

Selon la HAS, « l’administration de l’hormone de croissance peut permettre un gain de taille variable selon les enfants. Mais les preuves de cette efficacité demeurent de faible niveau et les données actuellement disponibles ne permettent ni d’infirmer ni de confirmer un sur-risque de décès à long terme lié à ce traitement par hormone de croissance. C’est dans ce contexte que le remboursement de l’hormone de croissance est maintenu ».

Il est parallèlement demandé aux professionnels de santé d’être très vigilants, de discuter des avantages et des inconvénients du traitement avant son instauration, de respecter strictement les doses préconisées, d’arrêter le traitement après 1 an en cas d’absence de réponse au traitement et de réévaluer le traitement par hormone de croissance après 1 et après 2 ans ».

8 spécialités sont commercialisées :

Genotonorm (Pfizer), Maxomat (Sanofi Aventis – plus commercialisé depuis le 31 décembre 2010), Norditropine (Novo Nordisk), Nutropinaq (Ipsen), Omnitrope (Sandoz), Saizen (Serono), Umatrope (Lilly) et Zomacton (Ferring).

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 01 Février 2012 : 16h05
Mis à jour le Mardi 16 Avril 2013 : 10h02
Source : Communiqué de presse de la Haute autorité de santé (HAS), 23 janvier 2012, http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1193992/hormone-de-croissance-chez-lenfant-non-deficitaire-maintien-au-remboursement-mais-la-vigilance-reste-de-mise.
PUB
PUB
PUB