Hépatite C : la fin de la biopsie du foie !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 12 Mai 2004 : 02h00
Si l'on dit hépatite C, on pense immédiatement à la biopsie du foie. Et la peur de cet examen agressif, que refusent nombre de patients, contribue à une très mauvaise prise en charge de l'hépatite. L'arrivée du Fibrotest-Actitest devrait révolutionner cette situation.
PUB

L'hépatite C est toujours là. Elle circule silencieusement. En France, seuls 50% des sujets infectés sont détectés et moins de 10% sont traités. La prise en charge est donc très loin d'être satisfaisante, faute de diagnostic. Et en l'absence de traitement, la progression de la maladie va se poursuivre jusqu'en 2020 selon les spécialistes. Le premier obstacle est la ponction biopsie hépatique. Selon une enquête menée en Auvergne, 59% des malades infectés refusent cette biopsie.

Biopsie, un examen agressif

La ponction biopsie hépatique est douloureuse dans 30% des cas et présente parfois des risques de complication. Elle est également très onéreuse (1.000 à 2.000 euros) et nécessite une hospitalisation de 6 à 18 heures. Ensuite, l'attente des résultats est de plusieurs mois, tandis qu'il existe 18% d'erreurs d'échantillonnage ou de classement.

PUB
PUB

Fibrotest-Actitest : une révolution

Cette alternative à la biopsie est un test non invasif et moins coûteux (90 euros). Reposant sur le dosage sanguin d'un certain nombre de marqueurs, il permet d'évaluer le degré de fibrose du foie et donc de décider du traitement. Actuellement, selon le dernier consensus sur la prise en charge de l'hépatite C, le Fibrotest est utilisé comme alternative à la biopsie chez certains sujets, notamment lorsque que la probabilité de guérir est élevée, comme chez les sujets jeunes, en cas charge virale peu élevée ou d'infection par génotype viral 2 ou 3. Depuis septembre 2002, plus de 25.000 tests ont été réalisés en France, avec une moyenne d'environ 200 par mois.

Espérons qu'en levant l'obstacle représenté par la biopsie, l'arrivée de ce test contribue à l'amélioration de la prise en charge de cette maladie, et renforce le dialogue médecin/patient.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 12 Mai 2004 : 02h00
Source : Communiqué Schering-Plough, Médec, mars 2004 ; Deuffic S. et coll., Hepatology, 29 (5) : 1596-1601, 1999.
PUB
PUB
A lire aussi
Hépatite BPublié le 18/12/2002 - 00h00

L'hépatite B est fréquente : elle touche 2 milliards de personnes dans le monde et plus de 350 millions d'entre elles souffriraient d'une hépatite chronique.

Chronicité de l'hépatite C : un nouveau test sanguinPublié le 14/10/2002 - 00h00

Fini la biopsie de foie ! Des chercheurs viennent de mettre au point un test sanguin de dépistage de la fibrose induite par le virus de l'hépatite C. C'est cette fibrose qui est responsable des complications chroniques de l'hépatite C : cirrhose et cancer.

Hépatite : dépister pour traiter !Publié le 22/01/2007 - 00h00

Qu'il s'agisse de guérir ou de stopper la maladie, la prise en charge des hépatites B et C s'est considérablement améliorée. Reste donc le problème du dépistage, lequel est loin d'être suffisant, ce qui entraîne une rapide transmission des virus des hépatites et des retards de traitement.

Les espoirs apportés par les progrès du traitement de l'hépatite CPublié le 28/05/2001 - 00h00

L'hépatite C représente un vaste problème de santé, par son incidence élevée dans la population mondiale et par ses possibles complications (cirrhose, cancer du foie). Cela explique que cette maladie mobilise un grand nombre de chercheurs impliqués dans la mise au point de nouveaux...

Plus d'articles