Grossesse et troubles psychologiques (hors post-partum)
Période de fragilité, la grossesse est également une période de crise identitaire identique à celle de la puberté. Si les problèmes psychologiques ou psychiatriques sont plus fréquents après l'accouchement, la grossesse en est souvent le terrain de développement.
Sommaire

Les névroses post-traumatiques

Quand un premier accouchement s'est mal passé, il peut en résulter une crainte et une phobie du futur accouchement. Le suivi médical et psychologique doit être particulièrement attentif.

Le déni de grossesse

Le déni de grossesse est plus fréquent qu'on ne le pense. Le déni de grossesse est la négation inconsciente de la perception de l'état de grossesse. Il peut persister jusqu'à l'accouchement alors que la grossesse n'a pas été surveillée. Certains néonaticides (meurtre d'un enfant de moins de 24 heures) sont dans la continuité d'un déni de grossesse. Cet état psychologique grave s'apparente à une psychose. La première perception de la grossesse est immédiatement refusée et laisse la place à d'autres interprétations pour les modifications corporelles. Ce phénomène est surtout constaté dans les milieux où les interdits sexuels sont très forts, et quand il y a ambivalence (perception et sentiments contradictoires) vis-à-vis de l'enfant à naître. Un accompagnement social et psychothérapeutique est proposé après l'accouchement, mais curieusement, on observe peu de troubles affectifs ou du développement chez les enfants.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Guide: 

Source :