Grossesse : pas de contre-indication après un cancer du sein

Publié le 11 Septembre 2006 à 2h00 par Rédaction E-sante.fr
Il arrive que le cancer du sein touche aussi des femmes jeunes. Une fois la guérison obtenue, la question d'une éventuelle grossesse peut se poser. En effet, concevoir un enfant à l'issue d'un cancer du sein n'est pas contre-indiqué. Que faut-il savoir ?
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Grossesse à programmer au cas par cas

Près de 10% des cancers du sein surviennent chez des femmes de moins de 40 ans. Il est normal que ces jeunes femmes se demandent si une grossesse sera encore possible après leur traitement contre le cancer. L'idée selon laquelle la grossesse augmente le risque de rechute est fausse. En effet, la grossesse n'est pas contre-indiquée et au cours de 50 dernières années, aucun effet délétère de la grossesse sur le cancer ou inversement du cancer sur la grossesse n'a été rapporté. Ceci étant dit, mener une grossesse après un cancer du sein relève du cas par cas et doit être programmé.

Entre 2 et 5 ans après la guérison du cancer

Le délai à respecter est en fonction des risques de récidive. L'objectif est d'éviter la survenue concomitante d'une grossesse et d'une récidive, dont le traitement est plus délicat. Il est donc recommandé d'attendre 2 à 3 ans, c'est-à-dire lorsque le risque a fortement diminué. D'ailleurs, le Tamoxifène (traitement anti-récidive) est contre-indiqué pendant la grossesse car dangereux pour le foetus (la contraception est donc obligatoire).

Toutefois, lorsque le cancer est de mauvais pronostic, il est préférable d'attendre cinq ans.

En cas de grossesse « surprise », l'interruption volontaire dépend du pronostic, des traitements (chimiothérapie, radiothérapie) et de l'évolution de la tumeur.

Si un bilan complet est nécessaire, le suivi de la grossesse est ensuite identique à celui de toute femme enceinte.

L'allaitement est-il possible ?

Comme pour la grossesse, l'allaitement n'est pas contre-indiqué, aucune donnée n'a rapporté des effets délétères sur le risque de rechute, d'un deuxième cancer ou sur le foetus. Alors s'il n'existe pas de complications ou de résidus de tumeur, mieux vaut encourager les femmes à allaiter afin que l'enfant bénéficie de ses nombreux avantages.

Source : Le Quotidien du médecin, 2 février 2006.