La grande menace des femmes : l’infarctus

© Istock

Bonne nouvelle pour les hommes, la maladie cardiaque recule, reflet d’une prévention et de soins plus efficaces. Mauvaise nouvelle, l’infarctus progresse fortement chez les femmes !

De plus en plus de femmes sont victimes de maladie cardiaque, et cette tendance va en s’accentuant…

Publicité

Moins d’infarctus en général, mais de plus en plus chez les femmes

En matière de mortalité par accident cardiaque, la situation s’améliore en France comme dans de nombreux pays européens.

Cette diminution de la mortalité par infarctus est liée aux actions de prévention :

  • incitation à l’arrêt du tabagisme,
  • reconnaissance des symptômes d’alerte amenant à composer le 15,
  • alimentation équilibrée,
  • lutte contre l’obésité,
  • promotion de l’activité physique,
  • etc.

Parallèlement, la prise en charge a également progressé :

  • thrombolyse,
  • angioplastie,
  • mise à disposition de défibrillateurs,
  • etc.

Le nombre d’hospitalisations pour infarctus diminue chez les hommes et chez les plus de 65 ans. En revanche, il augmente chez les plus jeunes et chez les femmes.

C’est ainsi que selon le Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH), le nombre global d'hospitalisations pour infarctus baisse régulièrement (moins 7,4% au cours des 6 dernières années).

Publicité
Publicité

Cela dit, la maladie cardiaque reste la deuxième cause de mortalité en France (après les cancers de la plèvre, de la trachée, du larynx et des poumons), avec 38.072 victimes d’infarctus en 2008, contre 4.275 décès par accidents de la route.

Mais le fait alarmant est la progression chez les femmes.

Victimes de leur comportement, les femmes sont rattrapées par l’infarctus

C’est en modifiant leur comportement, lequel s’est progressivement rapproché de celui des hommes, que les femmes accentuent fortement leur risque cardiaque : tabagisme, alimentation, sédentarité, surpoids, diabète, hypertension, cholestérol…

Notamment, le tabagisme a baissé chez les hommes (65% de fumeurs en 1965 contre 30% aujourd’hui), tandis qu’il a augmenté chez les femmes :

On comptait 10 % de fumeuses en 1965 contre 30 % actuellement.

Il est urgent d’alerter les femmes afin qu’elles prennent conscience de la menace que représentent les maladies cardiovasculaires pour elles aussi :

  • La mortalité par maladie cardiovasculaire est 7 fois plus élevée que par cancer du sein.
  • Les hormones ne protègent les femmes que jusqu’à 65 ans, au-delà leur risque d’infarctus rejoint celui des hommes.
  • Cette protection n’est pas absolue : l’infarctus augmente de façon inquiétante chez les femmes de 35 à 54 ans.
  • Les signes évocateurs d’un infarctusdiffèrent un peu chez les femmes : tachycardie, palpitations, essoufflement, malaise, transpiration, nausées, vomissements, raidissement, anxiété, fatigue.
Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 08 Novembre 2012 : 07h44
Mis à jour le Jeudi 03 Janvier 2013 : 15h47
Source : Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire, « Personnes hospitalisées pour infarctus du myocarde en France : tendances 2002-2008 », 6 novembre 2012, n°41, http://www.invs.sante.fr/BEH_41_2012_VWeb.pdf.
PUB
PUB