Le genou valgum, une malformation des genoux

© getty

Le genou valgum est une malformation des genoux, qui entraîne des jambes en forme de X.

A quoi est-ce dû, quelles complications cela entraîne, et que faire en cas de genou valgum ?

Publicité

Le genou valgum, c’est quoi ?

Une personne qui présente des genoux valgum a les jambes en forme de X : ses genoux se touchent, alors que ses pieds sont écartés l’un de l’autre.

Cette forme de membre inférieur est normale jusqu’à l’âge de 3 ans. Puis, progressivement, avec la croissance, elle se corrige habituellement pour arriver à des jambes droites.

C’est à l’âge de 11 ans pour les filles et de 13 ans pour les garçons que la forme de la jambe se stabilise.

Mais chez certaines personnes cette forme de jambes persiste à l’âge adulte, en général des deux côtés. C’est tout simplement la forme du corps de cette personne, même si l’on parle parfois de malformation.

Publicité
Publicité

Il existe aussi une forme de genou valgum présente d’un seul côté. C’est en général dû à une fracture ou une infection qui déforme le genou atteint.

Genou valgum, quel est le problème ?

Le problème esthétique peut être un peu gênant, mais c’est surtout sur le plan médical que le genou valgum entraîne des problèmes :

  • Une gêne à la marche, parce que les deux genoux se touchent.
  • Des pressions mal réparties.

    Au niveau du genou, un genou valgum entraîne une répartition des charges mal répartie sur le tibia.

    En effet, tout le poids du corps pèse sur les genoux et ici, ce poids sera nettement plus important sur la partie externe.

  • L’usure des cartilages.

    Comme les pressions sont mal réparties, le cartilage de la zone externe du genou s’abîme.

    Cela se produit au fil des années.

  • Des douleurs d’arthrose.

    Le cartilage s’abîme et ne joue plus son rôle d’amortisseur, ne protégeant plus bien l’os.

    Cela entraîne des douleurs à la marche.

    Il faut des années pour en arriver à ce stade.

 
Mots-clés : Genou valgum, Genou
Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 25 Mars 2013 : 10h53
Source : Orthopédie, sémiologie, traumatologie. Pr Jean-Luc Lerat.