Fumer du cannabis diminue le QI des ados

© getty

Selon cette étude néo-zélandaise, fumer du cannabis avant l’âge de 18 ans diminue le QI de façon irréversible. De tels dommages sur le long terme sont liés au fait qu’ils surviennent durant l’enfance et l’adolescence, sur un cerveau qui est encore en développement et qui est donc plus vulnérable aux effets nocifs du cannabis. Ce même phénomène s’observerait avec l’alcool, le tabac et les autres drogues…

Publicité

Les ados perdent 8 points de QI en fumant du cannabis

Au cours de cette étude, plus de 1.000 enfants nés en 1972 et 1973 ont été suivis de leur naissance jusqu’à l’âge de 38 ans et ont passé régulièrement des tests psychologiques et cognitifs afin d’évaluer leur capacité de mémoire, de traitement de l’information, de raisonnement.

On constate ainsi que les consommateurs réguliers de cannabis ont de moins bons résultats aux tests cognitifs.

Le QI des fumeurs de cannabis a diminué de 8 points entre l’âge de 13 ans et de 38 ans.

Les amis et les parents des fumeurs précoces et réguliers de cannabis ont déclaré avoir remarqué des troubles de la mémoire et de l’attention. Enfin, les adeptes du cannabis avaient davantage de problèmes sociaux ou familiaux.

Publicité
Publicité

Sachant que le QI moyen est de 100, une perte de 8 points peut sembler anodine, mais elle est aussi irréversible !

Des lésions cérébrales irréversibles

Comme déjà suggéré par d’autres études, les lésions survenues sur des cerveaux non matures mais encore en développement, c’est-à-dire durant l’enfance et l’adolescence, sont irréversibles, même à l’arrêt du facteur déclenchant.

C’est la même chose avec le tabac, l’alcool et les autres drogues. Les dommages causés par de telles consommations durant l’enfance et l’adolescence sont irréversibles, même après un sevrage.

En pratique, fumer régulièrement du cannabis est dommageable pour le cerveau, avec des lésions d’autant plus irréversibles que la consommation a débuté tôt, avant l’âge de 18 ans.

Informer nos ados de tels risques pourrait contribuer à les détourner de cette drogue…

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 29 Août 2012 : 13h10
Mis à jour le Jeudi 30 Août 2012 : 08h41
Source : Meier M.H. et al., PNAS August 27, 2012, doi: 10.1073/pnas.1206820109.
PUB
PUB