Fuites urinaires : quels sont les sports à risque et que faire ?

Au cours de cette Semaine nationale de la continence qui se déroule du 8 au 13 avril, l’Association Française d’Urologie (AFU) communique sur le périnée, son rôle et la façon de le préserver, mais également sur les sports à risque, avec un focus sur l’impact de la course sur la continence des femmes marathoniennes.

Publicité

Quels sont les sports à risques de fuites urinaires ?

  • Sports à risque élevé : trampoline, gymnastique acrobatique, aérobic, saut de haies, basket, volley, handball, course à pied, arts martiaux…
  • Sports à risque modéré : tennis, ski...
  • Sports à risque faible : marche, natation, vélo, roller, golf…

Pour en savoir plus sur l’impact de la course à pied sur la continence urinaire, une enquête a été menée auprès de femmes pratiquant le marathon.

Publicité
Publicité

Les résultats soulignent la fréquence élevée et l’importance des fuites urinaires lors de la pratique de ce sport.

On constate également à quel point ce phénomène est sous-estimé, minoré, voire ignoré par celles qui en souffrent.

Comment préserver son périnée ?

Pour se préserver des troubles urinaires : « les muscles du périnée s’entretiennent comme tous les autres muscles ! ».

Voici les recommandations de l’AFU aux femmes qui pratiquent un sport exposant le plancher pelvien à des surpressions :

  • Protégez votre périnée : corrigez votre posture en basculant le bassin lors de l’activité physique (sport ou port de charges lourdes). Lorsque vous faites travailler vos abdominaux, verrouillez votre périnée (en le contractant), pliez vos genoux et creusez votre ventre.

Bien entendu, en cas d’apparition d’une incontinence urinaire, il faut consulter son médecin traitant, lequel pourra vous orienter vers un urologue. Des séances de rééducation chez un kinésithérapeute pourront se révéler nécessaires.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 09 Avril 2013 : 11h54
Mis à jour le Mardi 09 Avril 2013 : 12h38
PUB
PUB