Davantage d'incontinence chez les sportives

Les femmes sportives qui pratiquent une activité physique régulière, soutenue ou intense, présentent plus de risque d'être atteintes d'incontinence urinaire d'effort. En fait, tous les sports qui entraînent une pression sur l'abdomen sont à risque d'incontinence urinaire d'effort. Quelles sont les solutions ?

Sommaire

Incontinence urinaire d'effort chez les femmes sportives : les faits

Dans une même classe d'âge et à statut hormonal équivalent, les femmes sportives ont deux fois plus de risque de souffrir d'incontinence urinaire d'effort que les non sportives. Selon un sondage mené en 2007 (enquête Ifop-Tena), 28% des sportives seraient concernées par l'incontinence. Et sur les 39% de femmes ayant déclaré avoir vécu au moins une expérience de fuite lors d'une pratique sportive, ces fuites ont été qualifiées de gênantes par 91% d'entre elles.

Quels sont les sports à risque d'incontinence urinaire d'effort ?

Tous les sports qui entraînent une pression abdominale sont à risque. Il existe cependant des activités plus à risque que d'autres. Ce sont les sports à fort impact imposant une forte pression sur le plancher pelvien. Ainsi, la gymnastique, course à pied, saut, fitness, tennis, sport de ballon... provoquent une pression 3 à 4 fois supérieure au poids du corps. Inversement, les sports les moins à risque sont la natation, le golf, le rameur, le roller, etc.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Cortesse A. et coll., 103e congrès Français d'urologie (Paris), 18-21 novembre 2009.