Les Français très attachés à l'hôpital public

Un sondage réalisé par TNS Sofres/Logica, à l'occasion de l'émission de France 2 consacrée à l'hôpital, montre que près de neuf Francais sur dix estiment que l'hôpital public remplit bien ses missions.
PUB

Hôpital public : les français sont-ils satisfaits ?

Les résultats de cette étude témoignent d'un très fort attachement et d'une très forte satisfaction à l'égard des hôpitaux publics. Ainsi, 86 % des personnes interrogées estiment que ces derniers remplissent bien leurs différentes missions (65 % de Assez bien et 24 % de Très bien). Ce sentiment est partagé de facon quasi identique quel que soit le sexe, l'âge, la catégorie socioprofessionnelle, le niveau de revenu ou l'appartenance politique. A noter : ce chiffre de 86 % est pratiquement identique à celui obtenu, sur la même question, dans un précédent sondage réalisé en 2000 (89 %).Cet attachement à leurs hôpitaux explique aussi que les trois quarts des Francais (78%) ne sont pas favorables à la fermeture de certains petits établissements de proximité au profit de grands hôpitaux plus éloignés mais mieux équipés.

Interrogés sur la comparaison entre les hôpitaux et les cliniques, 50 % des répondants estiment qu'il n'y a pas de différence en matière de fiabilité et de sécurité des soins (29 % jugent toutefois les hôpitaux plus sûrs et plus fiables), ni en matière de qualité des soins (22 % estiment cependant les soins hospitaliers de meilleure qualité). En revanche, 79 % des Francais pensent que les hôpitaux sont financièrement plus accessibles aux malades que les cliniques.

PUB
PUB

Interrogés ensuite sur une série de critères, les Francais dressent un portrait contrasté de l'hôpital public. Le personnel hospitalier fait ainsi l'objet d'un véritable plébiscite, puisque 93 % des répondants le jugent compétent. De même, 73 % des sondés estiment que l'hôpital public offre une meilleure qualité de soins en France que dans les autres pays européens.

D'autres réponses apparaissent plus contradictoires. Ainsi, 89 % des Francais ont le sentiment que l'hôpital public manque de moyens financiers et humains. Mais, dans le même temps, 59 % d'entre eux trouvent qu'il "coûte trop cher au contribuable francais" (ce qui est au demeurant inexact, puisque les dépenses de fonctionnement hospitalier sont financées par les cotisations d'assurance maladie et non pas par l'impôt...). De même, 69 % des sondés se disent d'accord avec l'idée que demander aux hôpitaux publics d'être rentables financièrement risque de nuire à la qualité des soins, mais 46 % (contre 42 %) estiment que les hôpitaux maîtrisent mal leurs dépenses et leur gestion financière.

Sur la question délicate des erreurs médicales, 46 % des Francais les trouvent moins nombreuses qu'il y a vingt ans, contre seulement 10 % qui pensent le contraire, tandis que 39 % jugent leur nombre identique. Enfin, sur la question de l'encombrement des services d'urgences, les réponses témoignent d'une grande lucidité sur les raisons d'une telle situation : 53 % des répondants estiment que les urgences sont surchargées "parce que les Francais abusent du système des urgences", 24 % "parce que les médecins de ville ne sont pas assez disponibles" et seulement 21% "parce que les hôpitaux sont mal organisés et manquent de moyens".

Fiche technique : sondage TNS Sofres/Logica pour Eléphant et Compagnie, France 2, France Info et Le Parisien/Aujourd'hui en France, réalisé par téléphone les 24 et 25 février 2009 auprès d'un échantillon national de 970 personnes, représentatif de l'ensemble de la population francaise âgée de 18 ans et plus. Echantillon composé selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage PCS) et stratification par région et catégorie d'agglomération.

Pour plus de renseignements :

tns-sofres.com

www.hopital.fr

Publié par Hopital.fr le Lundi 23 Mars 2009 : 01h00