Fracture de la clavicule

La clavicule est un os qui relie le sternum et l'omoplate, plus précisément une surélévation de l'omoplate appelée acromion.
PUB

La luxation acromio-claviculaire

Les articulations acromio-claviculaire et sterno-claviculaire sont peu mobiles.

Elles jouent un rôle de stabilisation de l'épaule. La stabilité de cette articulation est due au ligament acromio-claviculaire et au ligament coraco-claviculaire (l'apophyse coracoïde est une surélévation de l'omoplate sur laquelle vient se fixer une des extrémités du muscle biceps). Le muscle trapèze tire la clavicule vers le haut.

Les sports en cause dans l'entorse acromio-claviculaire sont ceux dans lesquels l'épaule est souvent traumatisée : rugby essentiellement, gardien de buts de football. Le mécanisme le plus fréquent est une chute latérale ou en avant, le bras en extension rentrant comme un piston sur l'épaule.

Il existe trois stades de gravité croissante, allant de la simple distension des ligaments à la rupture complète du système ligamentaire. Les symptômes vont de la douleur simple à l'instabilité de l'épaule. Plus les ligaments sont distendus ou rompus, plus la clavicule est attirée vers le haut par le muscle trapèze et plus l'articulation acromio-claviculaire bouge de haut en bas à la pression. C'est le signe dit de la « touche de piano ».

Les traitements vont du simple strapping avec repos de trois semaines, à la chirurgie.

La fracture de clavicule

C'est la fracture la plus fréquente en sport.

Elle se produit en général par une chute sur l'épaule. C'est le plus souvent le tiers moyen (milieu) de la clavicule qui est cassé. Il s'ensuit une tuméfaction (bosse) de la clavicule avec parfois une ecchymose. Une fracture de la clavicule n'est pas grave sauf quand un nerf ou un vaisseau est lésé par un fragment osseux, ce qu'il faut toujours rechercher.

Le traitement est principalement orthopédique par immobilisation (bandage en huit à retendre fréquemment). La reprise sportive peut se faire progressivement au bout de quatre semaines.

Un traitement chirurgical est nécessaire quand la peau risque d'être transpercée par l'os qui pointe, ou quand la consolidation osseuse ne s'est pas faite par le traitement orthopédique, et que les fragments de la clavicule restent mobiles les uns par rapport aux autres. C'est ce qu'on appelle une pseudarthrose.

La chirurgie peut également être proposée quand il existe un cal vicieux, c'est-à-dire une bosse osseuse très inesthétique et gênante en raison d'une cicatrisation qui ne s'est pas faite dans l'axe.

Enfin, il est fréquent que les sportifs de haut niveau réclament la chirurgie en première intention pour reprendre plus vite, et donc les petits sportifs, qui en entendent parler à la radio ou à la télé, également. Cela n'apporte généralement rien de plus si ce n'est une cicatrice inesthétique et un risque d'infection.

Guide: 

Publié le 25 Avril 2002 | Mis à jour le 28 Mars 2014
Auteurs : Dr Renaud Guichard, chirurgien
PUB
PUB

Contenus sponsorisés