Faire un bébé quand on est allergique au sperme : mission impossible ?

© getty

L’allergie au sperme, ou liquide séminal, existe, mais elle est rare.

Des chercheurs coréens rapportent le cas d’une femme qui a été désensibilisée au sperme de son mari et a pu mener une grossesse.

PUB

Allergie au sperme : l’éviction de l’allergène rend toute grossesse impossible

Comme pour les autres allergies, le traitement de première intention repose sur l’éviction de l’allergène, ce qui se révèle a priori simple dans le cas de l’allergie au sperme puisqu’il suffit d’utiliser systématiquement le préservatif à chaque rapport sexuel. Sauf que si l’on ne peut pas se passer de préservatif, impossible de mettre une grossesse en route.

Alors peut-on faire un bébé en étant allergique au sperme ?

C’est l’histoire d’une jeune femme qui n’arrive pas à tomber enceinte et qui consulte donc pour bénéficier d’une aide médicale à la procréation.

PUB
PUB

Mais à la première insémination artificielle, la patiente développe des symptômes allergiques typiques. Effectivement, cette jeune femme a des antécédents d’allergie de type asthme et rhinite. De plus, depuis l’arrêt du préservatif en raison d’un désir de grossesse, cette patiente rapporte des symptômes de plus en plus sévères quelques minutes après les rapports sexuels avec son mari : urticaire, œdème, diarrhées, vomissements, difficultés respiratoires, etc.

Les tests entrepris par les médecins confirment une allergie au sperme. Cette femme a alors bénéficié d’une désensibilisation « intravaginale », consistant à introduire dans son vagin toutes les 45 minutes des doses progressivement croissantes d’allergène. Depuis, aucune réaction n’est survenue et une grossesse a été initiée spontanément.

En conclusion, la désensibilisation au sperme est possible et constitue une solution efficace pour les femmes concernées qui souhaitent avoir des enfants.

Publié le 07 Octobre 2014 | Mis à jour le 07 Octobre 2014
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Sohn S.
Voir + de sources
W. et coll., J Investig Allergol Clin Immunol 2014; 24: 276-277.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés