L'estrogène par voie cutanée: un moyen de contrôler la tension artérielle de la femme ménopausée ?

Chez les femmes ménopausées, on observe une augmentation des maladies cardiovasculaires. En effet, durant cette période de la vie, le risque de développer ce type de pathologie rejoint progressivement celui des hommes. Ce phénomène pourrait s'expliquer par le fait qu'elles ne soient plus « protégées » par leur production hormonale. Selon une étude récente, l'administration substitutive d'oestrogène par voie cutanée (patch ou gel) semble représenter la meilleure solution préventive comparée à la voie orale, notamment pour contrôler la tension artérielle.
Publicité

La ménopause signifie l'arrêt de la production par l'ovaire des hormones sexuelles, dont l'estrogène. Cette carence, entre autres répercussions, est responsable d'une modification des capacités de réponse du système nerveux aux variations de la pression artérielle.

Une étude récente a comparé l'action des estrogènes par voie orale et par voie cutanée (transdermique) contre placebo.Les résultats expriment une diminution de 30% de la réponse neurologique contrôlant la pression artérielle et une baisse de 5 mmHg des chiffres tensionnels chez les femmes traitées par voie transdermique (c'est à dire en patch ou en gel). En comparaison, la prise d'estrogène par voie orale ou du placebo n'entraîne aucune action comparable. Chez les femmes ménopausées, l'estrogénothérapie substitutive administrée par voie transdermique semble préférable au traitement par voie orale dans le cadre de la prévention des maladies cardiovasculaires après la ménopause.

Publicité
Publicité
Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Lundi 13 Août 2001 : 02h00