En finir avec la cellulite

© Istock

Une technique efficace pour l’une peut se révéler parfaitement inopérante pour l’autre.

Avant de s’y attaquer, mieux vaut connaître sur (ou plutôt sous) le bout des doigts son ennemie et ses failles.

Publicité

La cellulite, c'est quoi ?

1 cm

C’est l’épaisseur de la couche de cellules graisseuses qui occupent l’espace sous la peau.

De la graine de cellulite…

On peut être filiforme et tapissée de cellulite aux zones sensibles…

Un régime et de l’activité physique à outrance n’y feront rien. Par ailleurs, ce que l’on prend pour de la cellulite n’en est pas toujours, ou mêlée à une rétention d’eau. Et les graisses ne se comportent pas de la même façon en haut ou en bas du corps.

La cellulite, la vraie, est de la graisse mise en réserve dans l’hypoderme, juste sous la peau, dans un espace particulier chez la femme : il comporte des loges cloisonnées qui emprisonnent la graisse. Sous tension, celle-ci crée des capitons visibles. Les cellules graisseuses (plus volontiers dans la moitié inférieure du corps) y sont exclues du métabolisme général. La circulation y est moins fluide, par l'excès de gras et la fibrose notamment.

Agir sur la cellulite sous trois angles d’attaque

  • Drainer

    Le système lymphatique, parallèle aux artères et aux veines, assure le drainage de l’eau, en complément du système veineux. La graisse et/ou la fibrose peuvent freiner localement son flux.

    Si le volume des jambes fluctue dans la journée (plus gonflées le soir), il s’agit d’une rétention d’eau que l’on peut contrer par un drainage lymphatique professionnel : un kiné procède à des effleurages du pied aux citernes où est collectée la lymphe dans l’abdomen.

    A la maison une gymnastique adaptée est conseillée : le bout du pied posé sur le nez d’une marche, on fait descendre le talon le plus possible pour étirer les muscles profonds à l’arrière de la jambe et chasser ainsi le sang veineux et la lymphe.

    Publicité
    Publicité
  • Masser

    C'est éveiller les structures endormies par un massage “mécanique".

    La cible ? Le tissu conjonctif constitué d'adipocytes, mais surtout de fibroblastes qui fabriquent les fibres de collagène et d’élastine. La circulation des réserves graisseuses disgracieuses dépend des mouvements qu’on lui imprime. Les grands (activité physique) comprennent une marche de 20 minutes quotidienne pour brûler les graisses remises en circulation. Les petits stimulent par “mécanotransduction“ les fibroblastes.

    Mais pas question de casser ou décoller la cellulite : malaxer pour assouplir, pétrir à deux mains. Les crèmes sont un excellent appoint qui facilitent le palper-rouler ; inversement le palper-rouler accélère la pénétration des principes actifs (caféinés en tête).

  • Bouger

    Plus on a de muscle plus on brûle de l’énergie en mouvement. Mention spéciale pour le rameur et, mieux encore, l’aquagym : on travaille en résistance (12 fois plus que dans l’air !) les muscles agonistes et antagonistes. La circulation et le drainage sont optimisés.

    À 28°C aussi, la dépense énergétique est supérieure dans l’eau.

Publié par Dr Brigitte Blond le Lundi 28 Juillet 2014 : 09h36
Source : "En finir avec la cellulite", un article du Magazine Bien-Etre & Santé n°313 de juillet-août 2014
La rédaction vous recommande sur Amazon :