L’efficacité du baclofène contre l’alcoolisme se confirme

Le baclofène est un médicament dont l’usage a été détourné pour guérir l’alcoolisme.

Une nouvelle étude confirmeson efficacité sur plusieurs années

Publicité

Le baclofène dans le traitement de la dépendance à l’alcool

Le baclofène est à l’origine un myorelaxant (relaxant musculaire) qui a été testé avec succès par le Dr Olivier Ameisen, un cardiologue qui a réussi à se sortir de son problème d’alcoolisme grâce à ce médicament.

Depuis, des études ont été engagées afin de vérifier l’efficacité du baclofène dans cette indication de la dépendance à l’alcool et de déterminer la posologie et les effets indésirables.

Selon cette nouvelle étude, l’efficacité du baclofène est réelle et perdure à long terme.

Publicité
Publicité

Une centaine de volontaires fortement dépendants à l’alcool ont été traités avec du baclofène. Les doses étaient progressivement croissantes et sans limite maximale. C’est ainsi que certains patients ont pris jusqu’à 330 mg par jour de baclofène (mais les doses ont été très variables selon les sujets).

  • Dès trois mois de traitement, 84% des sujets avaient réduit leur consommation d’alcool. Ils étaient encore 70% après 6 mois, 63% à un an et 62% après deux ans.
  • 92% d’entre eux ont rapporté avoir ressenti une disparition de leur envie irrésistible de boire.
  • 10% des volontaires ont stoppé leur traitement car ils se sont considérés comme guéris.

L’efficacité du baclofène perdure à deux ans

Il s’agit de l’étude la plus longue dont nous disposons (mais qui n’a pas été menée contre placebo), montrant une grande efficacité du baclofène qui perdure sur plusieurs années.

Parmi les effets secondaires fréquents et parfois très gênants, citons la fatigue, la somnolence, des vertiges, des nausées, etc.

En France, 6.000 personnes sont concernées par une consommation excessive d'alcool, dont 30.000 à 50.000 seraient traitées avec du baclofène utilisé en dehors de son autorisation de mise sur le marché. Et c’est pourquoi les résultats des études en cours sont attendus avec impatience…

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 07 Décembre 2012 : 16h23
Mis à jour le Vendredi 07 Décembre 2012 : 16h32
Source : Frontiers in Psychiatry, Equipe du Dr Renaud de Beaurepaire, psychiatre à l'hôpital Paul-Guiraud à Villejuif (Val-de-Marne), novembre 2012.
PUB
PUB