Effets secondaires: un risque lors de la vaccination de votre chat?

La vaccination de votre chat est importante pour le prémunir contre de nombreux virus. Dans certains cas, cet acte médical peut être responsable de l'apparition d'effets secondaires souvent peu dangereux pour la santé de votre ami.
PUB

Pourquoi faire vacciner son chat?

Dès l'âge de 8 semaines, votre chaton peut bénéficier d'une protection contre plusieurs maladies, dont le typhus, le coryza, la chlamydophilose et la leucose. Cette protection lui est offerte suite à l'injection de vaccins administrés tous les ans ou tous les 2-3 ans selon la maladie concernée. Tous les chats n'ont pas besoin d'être immunisés contre l'ensemble de ces maladies. Votre vétérinaire effectuera les vaccins adaptés au mode de vie spécifique de votre ami. En outre, si vous résidez dans des régions à risques ou si vous voyagez avec votre chat, il convient de le faire vacciner contre la rage. Enfin, dans certaines situations précises, on peut aussi vacciner le chat contre la péritonite infectieuse féline, à l'aide d'un vaccin déposé dans les narines du félin.

PUB
PUB

Réactions locales

Suite à la vaccination de votre chat, un petit nodule d'une taille ne dépassant pas 2 cm peut apparaître à l'endroit de l'injection du produit. Cette réaction inflammatoire locale peut survenir avec tous les vaccins injectables pour les chats. Elle s'estompe généralement en quelques semaines voire quelques mois, ne nécessite aucun traitement et disparaît sans laisser de séquelle. Cependant, il convient néanmoins de surveiller les grosseurs survenant au niveau de la peau de votre chat et plus particulièrement dans la zone de son dos se situant entre les omoplates. En effet, cette région est plus souvent le siège du développement d'une tumeur maligne nommée "fibrosarcome", dont l'origine demeure inconnue à ce jour. Plusieurs hypothèses existent, notamment une prédisposition génétique, le traumatisme causé par des injections répétées au même endroit, ainsi que les précautions prises par le vétérinaire lors de l'injection des vaccins annuels. Les vaccins et plus particulièrement leurs adjuvants (alumine) ont été incriminés dans le développement du fibrosarcome, cependant cette hypothèse semble peu à peu abandonnée aujourd'hui.

Publié le 01 Octobre 2007
Auteurs : Anne Pensis, vétérinaire