Duvet ou ombre sur la lèvre : quelles solutions ?

Certaines femmes présentent comme une ombre juste au-dessus de la lèvre supérieure. Il peut s'agir d'un duvet brun ou de taches pigmentaires appelées le mélasma. Comment atténuer ou faire disparaître ces ombres ? Explications et conseils du Dr Catherine De Goursac*, médecin esthétique.
PUB

Mélasma ou lèvre ourlée d'une ombre marron ?

Chez la femme enceinte, on parle de masque de grossesse ou chloasma.Mais en dehors d'une grossesse, on utilise le terme de mélasma.

Il s'agit de taches pigmentées qui apparaissent de façon symétrique sur le visage, sur le front, les joues, le menton, mais aussi sur la lèvre supérieure.

Localisées sur la lèvre supérieure, ces taches forment, chez de nombreuses femmes, une sorte d'ombre marron juste au-dessus de la lèvre.

Ce phénomène n'a rien à voir avec la grossesse, mais il est dû aux hormones, expliquant pourquoi le mélasma de la lèvre supérieure apparaît surtout entre 20 ans et la ménopause.

PUB
PUB

Il se manifeste surtout chez des femmes très brunes, d'origine espagnole ou orientale, et s'accentue particulièrement avec le bronzage.

Quels sont vos conseils contre cette ombre sur la lèvre supérieure ?

L'idéal est de prévenir l'apparition du mélasma de la lèvre.

Le bronzage étant un facteur favorisant, il est recommandé de limiter les expositions au soleil et de toujours appliquer largement et généreusement une crème solaire d'indice très élevé sur la lèvre supérieure. Cette consigne est d'autant plus valable pour les personnes identifiées à risque : femmes très brunes, jeunes et avant la ménopause.

En cas de mélasma avéré, il existe des crèmes anti-pigmentaires.

Elles doivent être appliquées avec minutie sur la lèvre supérieure, durant une longue période deux fois par jour lorsqu’il y a du soleil et une fois par jour l’hiver.

Enfin, les médecins esthétiques peuvent proposer de recourir à des peelings. Le résultat est généralement bon, mais le procédé est long et compliqué.

Publié le 26 Avril 2010 | Mis à jour le 21 Octobre 2013
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr