Déremboursement en vue pour les médicaments à base de ginkgo biloba

Les réévaluationsdemédicaments se succèdent. Le 3 novembre, c’était au tour des médicaments contenant des extraits ginkgo biloba et ayant des effets vasodilatateurs périphériques, d’être réévalués par la Commission d’autorisation de mise sur le marché (AMM).

Publicité

Un rapport bénéficie / risque défavorable pour les médicaments à base d’extraits de ginkgo biloba

Côté sécurité d’emploi, aucun problème. En revanche, « leur efficacité a été jugée insuffisante dans toutes les indications analysées », à savoir en ophtalmologie, ORL, cardiologie et neurologie. Autrement dit, pour la Commission d’AMM le rapport bénéfice / risque de ces médicaments est défavorable.

Cette conclusion laisse présager que ces médicaments, déjà jugés à service médical rendu insuffisant en 2004, pourraient bientôt ne plus faire partie des médicamentsremboursés.

Publicité
Publicité

Quels sont ces médicaments à base d’extraits des ginkgo biloba ?

Il s’agit des médicaments Tanakan®, Tramisal®, Vitalogink®, Ginkogink®, Ginkgo Biogaran® et Ginkmongo®. Ils sont utilisés comme vasodilatateurs périphériques dans les indications suivantes :

  • Neurologie : maladie cognitive et neurosensorielle (à l’exception de la maladie d'Alzheimer).
  • Cardiologie : certaines artériopathies oblitérantes des membres inférieurs.
  • Baisse d'acuité et troubles du champ visuel d'origine vasculaire.
  • Baisse de l’audition, vertiges ou acouphènes présumés d'origine vasculaire.
  • Phénomène de Raynaud.

En attendant une éventuelle décision de déremboursement, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) va contacter les médecins pour leur demander de réévaluer la pertinence de leurs prescriptions, au cas par cas, en tenant compte de la faible efficacité de ces médicaments.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 07 Novembre 2011 : 11h51
Mis à jour le Lundi 07 Novembre 2011 : 11h51
Source : Point d’information sur les dossiers discutés en commission d’AMM, Séance du jeudi 3 novembre 2011, Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).
PUB
PUB