Dent dévitalisée : pourquoi et quels risques ?

Dans quels cas dévitalise-t-on ?

Les caries profondes sont une cause fréquente de dévitalisation.

En effet, après avoir attaqué l’émail et la dentine, la carie peut contaminer la troisième « couche » de la dent : la pulpe. Elle peut même entraîner une nécrose partielle ou complète des canaux qui se trouvent à l’intérieur de la dent : c'est ce qui provoque la bien connue et douloureuse « rage de dents ».


Mais une dent doit parfois être dévitalisée suite à un traumatisme (accident, chute...).

Si la dent casse à mi-hauteur, la partie vivante se retrouve en effet exposée à l’air libre et risque de s’infecter.

Quels soins après une dévitalisation ?

La dévitalisation d’une dent peut être suivie de la pose d’une couronne. Une sorte de dent creuse, véritable prothèse, est fixée sur la dent d'origine.

En effet, une dent dévitalisée n'est plus nourrie ni entretenue par l'organisme. Sans la pulpe, elle est "morte". En conséquence, elle est fragilisée et peut se casser très facilement. Avec le temps, il arrive aussi qu'elle change de couleur et devienne plus sombre. Poser une couronne permet de la protéger et de la renforcer.

En dehors de cette possibilité, avoir une dent dévitalisée n’induit pas de soins spécifiques.

Bien sûr, l’hygiène dentaire se doit d’être irréprochable.

La dévitalisation est la conséquence d’une fragilité de la dent. Le reste de votre dentition mérite donc une attention accrue : brossage d’au moins trois minutes deux fois par jour, passage du fil interdentaire et visite au minimum annuelle chez le dentiste.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Merci à Michel Devriese, président de la Société de médecine dentaire.