Déclarez vous-même les effets indésirables de vos médicaments

Publié le 15 Juin 2011 par Rédaction E-sante.fr
Les patients peuvent désormais déclarer eux-mêmes les effets indésirables liés à leurs médicaments. Selon les autorités de santé, « l’objectif est d’élargir la base de recueil et de détecter des signaux complémentaires de ceux rapportés par les professionnels de santé, avec la volonté de faire participer tous les acteurs du dispositif et de lui donner une transparence accrue ».
PUB

Déclaration des effets indésirables des médicaments

Cette notification n’est donc plus réservée aux seuls professionnels de santé, mais devient possible par les patients et les associations de patients. La publication de deux textes réglementaires de la loi Hôpital Patients Santé Territoires (HPST) officialise l’ouverture du système national de pharmacovigilance aux patients.

Des expérimentations pilotes impliquant les associations de patients sont menées depuis des années concernant de nombreux dossiers (antirétroviraux, Distilbène®, statines, vaccin anti-hépatite…). En 2006-2007, une opération impliquant 23 associations avait permis de remonter plus de 1000 déclarations, lesquelles sont très utiles pour mieux identifier les effetsindésirables des produits et leurs conséquences.

PUB
PUB

La déclaration d’effets indésirables en pratique

Si vous pensez qu’un de vos médicaments est à l’origine d’un effet indésirable, vous pouvez télécharger le formulaire de déclaration mis à disposition sur le site de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) : www.afssaps.fr. Vous devez ensuite l’envoyer directement au centre régional de pharmacovigilance (CRPV) dont vous dépendez géographiquement, et dont les coordonnées sont indiquées. Bien entendu, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin et de l’aide pour remplir ce formulaire.

Source : Point d’information de sécurité, Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), 15 juin 2011.
PUB
Contenus sponsorisés

A lire aussi

La réforme du médicament : les grandes lignes

Un nouveau dispositif pour traquer les dépendances

Réforme du médicament : l’avant-projet de loi dévoilé

Mirena, Jaydess : des stérilets à risque, ou pas ?

Phytothérapie : après Pilosuryl®, Urosiphon® se retire du marché

Plainte contre le stérilet Minerva

Plus d'articles