Cyclisme et VTT

Publicité

1. Cyclisme, VTT : caractéristiques, particularités

Physiologiquement il s'agit d'un des rares sports pratiqués assis. La majeure partie du poids du corps repose sur la selle et les membres inférieurs travaillent en décharge relative. Ils ne sont pas victimes de micro-traumatismes répétés comme dans la plupart des sports pratiqués debout où il existe une réception au sol à chaque pas ou saut.

Contrairement à certaines idées reçues, le vélo n'est pas mauvais ni pour les genoux ni pour la colonne vertébrale :

  • les genoux n'ont pas à supporter le poids du corps et ne sont pas malmenés si les réglages de la bicyclette sont bons,
  • le vélo ne donne pas le dos rond car si le cycliste sur un vélo dit de course est bien penché en avant, il le doit essentiellement à une bascule du bassin.

En cyclisme l'effort est modulable et l'arrêt toujours possible.

Il est ainsi accessible à tous quelles que soient les capacités physiques. Certains malades peuvent également pratiquer le cyclisme : après pontage coronarien ou greffe cardiaque sous surveillance cardiologique au départ, les non-voyants en tandem, les handicapés moteurs avec des bicyclettes adaptées...

Différents types de pratiques sont possibles : route et VTT (les plus fréquentes) mais aussi piste, bi-cross, BMX, cyclisme artistique, polo-vélo...

2. Bienfaits et contre-indications du cyclisme

La pratique du cyclisme améliore les fonctions cardiovasculaire et pulmonaire :

  • fréquence cardiaque plus basse au repos,
  • stabilisation des chiffres de tension artérielle,
  • meilleure tolérance à l'effort avec fréquence cardiaque plus basse,
  • essoufflement moindre pour un même effort.

La sollicitation des muscles des membres inférieurs est importante conduisant à une fatigabilité réduite.

La circulation veineuse dans les membres inférieurs est améliorée par l'alternance régulière et répétée des contractions - décontractions des muscles des mollets.

Il n'existe pas de contre-indication spécifique au cyclisme en dehors des maladies graves (seuls les troubles de l'équilibre peuvent être un facteur limitant). Par contre, la compétition, qui peut être très exigeante sur le plan cardiovasculaire, peut parfois être contre-indiquée.

Guide: 

Publié par Dr Gérard Porte le Mardi 19 Mars 2002 : 01h00
Mis à jour le Mardi 07 Juillet 2015 : 16h50
PUB
PUB