Cosmétiques : la peau des hommes 

© Istock

Elle a la même apparence, elle semble avoir la même consistance et des besoins identiques et pourtant… la peau des hommes diffère de celle des femmes. Avec l’arrivée d’une offre spécifique, finie la "clandestinité cosmétique", ces hommes qui utilisent les produits hydratants de leur femme ! Ils entretiennent avec leur rituel beauté une relation de plus en plus décomplexée.

PUB

Les hommes veulent être bien dans leur peau

On la découvre depuis quelques années, avec les gammes spécifiques destinées aux hommes bien en évidence dans les rayons ou les publicités, mais l’utilisation de cosmétiques chez l’homme est une constante au cours de l’Histoire. Soins de la barbe, chevelure et maquillage ont peu ou prou servi de distinction à travers les siècles et les civilisations.

En Europe et en Amérique du Nord, l’arrivée des cosmétiques au masculin date des années 90. Jusque dans les années 2000, le trio de la cosmétique masculine -déodorant-produit de rasage-shampoing relevait uniquement du domaine de l’hygiène. Puis le marché s’est envolé depuis une dizaine d’années, dopé par les soins pour le visage. Il est depuis en constante progression et approche au niveau mondial les 35 milliards d’euros. Il représente 8% à 10% du marché global des cosmétiques, avec la plus forte progression en Asie et en Inde, des eldorados de la cosmétique au masculin.

PUB
PUB

En Europe, un homme utilise 5 à 6 produits cosmétiques par jour (incluant le shampoing, le gel douche, la mousse à raser etc..) contre 25 en Corée du Sud par exemple. Les soins de "camouflage" pour ne pas dire de maquillage font aussi leur apparition dans le marché cosmétique masculin.

Dr Michèle Verschoore, dermatologue responsable de la consultation "Peaux du monde" à l’hôpital Saint Louis (Paris), auteur du Guide pratique de la beauté au masculin* : « Le bad boy, le métrosexuel, le hipster, l’androgyne, le sportif californien… les réseaux sociaux notamment ont favorisé l’émergence d’une multiplicité de modèles auxquels les hommes peuvent s’identifier, avec une demande de cosmétiques adaptés. Rechercher un cosmétique pour protéger sa peau n’est plus se "féminiser", c’est devenu un geste de routine. Le net, les réseaux sociaux sont associés à ces changements de comportement : plus que les femmes, les hommes se renseignent et achètent dans des boutiques en ligne ou se rendent chez le dermatologue ; c’est plus discret. Mais cette forme d’inhibition concerne peu les jeunes générations ».

Un homme, une femme, deux peaux différentes

En ce qui concerne la peau, un homme n’est pas une femme comme les autres. La peau des hommes est sous l’influence hormonale de la testostérone. Elle est de ce fait plus épaisse dans sa totalité mais la couche la plus externe de la peau et de l'épiderme -la couche cornée- est plus fine que celle de la femme et donc plus fragile. A l’inverse, la sécrétion de sébum supérieure à celle de la femme la préserve des agressions extérieures. La peau du visage de l’homme est aussi plus vascularisée et la rend plus sensible à l'environnement. L’agression du rasage quotidien (3 000 h au cours de la vie) ajoute encore à sa fragilité.

Comme chez la femme, tous les types de peau (sèche, grasse, mixte ou sensible) existent chez l’homme. Mais ils ne savent pas encore bien l’identifier.

Publié le 12 Décembre 2016 | Mis à jour le 19 Janvier 2017
Auteur(s) : Hélène Joubert, journaliste scientifique
Source : * Editions Odile Jacob 2016272 pages, 21,90 €
D’après un entretien avec le Dr Michèle Verschoore, dermatologue responsable de la consultation "Peaux du monde" à l’hôpital Saint Louis (Paris), Directeur Médical de la Recherche & de l’Innovation chez l’Oréal et une communication du Dr Anny Cohen-Letessier aux Journées Annuelles du gDEC (7-8 octobre 2016, Paris)