Contraception : choisissez celle qui vous va !

Il n'y a pas qu'une méthode contraceptive. Alors autant choisir celle qui vous convient le mieux, celle qui est adaptée à votre quotidien. Tel est le message que les pouvoirs publics souhaitent faire passer, dans le but de diminuer le nombre de grossesses non désirées : un tiers des femmes déclarent que leur dernière grossesse n'était pas souhaitée…
PUB

Trop de femmes oublient leur pilule...

Le taux d'utilisation de la contraception en France fait partie des plus élevés d'Europe. Pourtant, le nombre d'interruption volontaire de grossesse (IVG) reste élevé, voire augmente dans certaines tranches d'âge (en relation notamment avec les changements de contraception et le post partum). Pourquoi de telles données contradictoires ? C'est que la contraception est mal utilisée, mal gérée. En effet, plus de la moitié des femmes ayant eu recours à une IVG utilisaient une méthode contraceptive : 23% d'entre elles prenaient la pilule, 19% utilisaient le préservatif et 7% le stérilet. Et effectivement, selon les résultats d'une enquête menée en début d'année, plus d'une femme sur cinq sous pilule affirme l'oublier au moins une fois par mois. En conclusion, la pilule n'est tout simplement pas la méthode contraceptive qui convient à ces femmes oublieuses... L'important est de le reconnaître et d'en changer pour une autre, plus adaptée au mode de vie. Pourtant, ce n'est pas aussi évident qu'il y paraît car selon cette même enquête, 95% des utilisateurs d'une contraception se déclarent satisfaits, voire très satisfaits (79%), du moyen qu'ils emploient.

PUB
PUB

Les Français connaissent-ils bien les méthodes contraceptives ?

La pilule et le préservatif sont les deux types de contraception les plus connus des Français (97%), suivis du stérilet (93%). 75% connaissent le préservatif féminin et le diaphragme. Seulement environ un Français sur deux connaît les autres moyens contraceptifs : spermicides (52%), patch (48%), implant (44%) et anneau vaginal (44%).

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 17 Septembre 2007 : 02h00
Source : Communiqué de presse de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) et du Ministère de la Santé, 11 septembre 2007.