Contraception : une campagne pour la contraception des 20-35 ans

Publié par Hopital.fr le Vendredi 28 Octobre 2011 : 09h32
Mis à jour le Jeudi 03 Novembre 2011 : 09h15

L’Institut national de prévention et d’éducation à la santé (Inpes) et le Ministère du travail, de l’emploi et de la santé lancent, du 28 octobre au 4 décembre 2011, une campagne qui interpelle les femmes qui prennent la pilule pour leur rappeler qu’en cas d’oublis fréquents, d’autres modes de contraception peuvent être envisagés.

© Istock
PUB

Les femmes utilisent des moyens de contraception, et pourtant trop de grossesse restent non désirées

La France se trouve dans une situation paradoxale : en dépit d’une diffusion et d’une utilisation massive de méthodes de contraception médicales efficaces, le taux de grossesses non désirées reste élevé. Ainsi, environ un tiers des grossesses intervient alors qu’elles n’étaient pas prévues.

D’après le Baromètre santé 2010 de l’Inpes, 90,2 % des femmes sexuellement actives au cours des 12 derniers mois, non stériles, ayant un partenaire homme, non enceintes et ne cherchant pas à avoir un enfant utilisent une méthode de contraception.

PUB
PUB

Un parcours contraceptif stéréotypé

En France, le parcours contraceptif est stéréotypé : les femmes les plus jeunes (15-19 ans) entrent dans la sexualité avec le préservatif. Elles l’abandonnent ensuite progressivement au profit de la pilule qui est de loin le contraceptif le plus utilisé : 70,8 % des femmes de moins de 35 ans qui déclarent « faire quelque chose pour éviter une grossesse » utilisent la pilule. Cette utilisation diminue ensuite de façon progressive au bénéfice du Dispositif intra utérin (DIU ou stérilet). Ce dernier devient la méthode de contraception la plus utilisée à partir de 45 ans.

La problématique n’est pas tant celle de la disponibilité de méthodes efficaces que celle des difficultés que rencontrent les femmes dans la gestion quotidienne de la contraception orale. Comme l’indique l’analyse des causes de recours à la contraception d’urgence, les taux d’échec contraceptifs sont non négligeables, source potentielle de grossesses non désirées.

Ainsi en 2005, chez les femmes de 20-24 ans, la prise d’une contraception d’urgence a été consécutive à un oubli de pilule dans 42,3% des cas.

Publié par Hopital.fr le Vendredi 28 Octobre 2011 : 09h32
Mis à jour le Jeudi 03 Novembre 2011 : 09h15
Source : Source : communiqué de l'Inpes
Hopital.fr
PUB
PUB
A lire aussi
Contraception : choisissez celle qui vous va !Publié le 17/09/2007 - 00h00

Il n'y a pas qu'une méthode contraceptive. Alors autant choisir celle qui vous convient le mieux, celle qui est adaptée à votre quotidien. Tel est le message que les pouvoirs publics souhaitent faire passer, dans le but de diminuer le nombre de grossesses non désirées : un tiers des femmes...

Contraception : des usages en pleine évolutionPublié le 07/10/2013 - 02h27

Alors que la gratuité de la contraception pour les mineures de plus de quinze ans a été mise en place et que les pilules de 3e génération sont désormais dé-remboursées, Marisol Touraine, la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, dresse un état des lieux de la contraception en...

Contraception : dépasser les contraintes de la pilule ?Publié le 27/03/2006 - 00h00

La fécondité française se porte bien, avec un taux de 194 enfants pour 100 femmes. Parallèlement, en termes de contraception, les Françaises sont championnes du monde. Pourtant, dans deux cas sur trois, les grossesses non désirées sont liées à des échecs de contraception, principalement à...

Plus d'articles