Connaissez-vous le préservatif féminin ?

Le principal atout du préservatif féminin ? Il permet à la femme de ne plus dépendre de son partenaire pour se prémunir des infections sexuellement transmissibles (IST), dont le VIH. Un mode de contraception qui reste pourtant peu connu...

Quelle est la fiabilité contraceptive du préservatif féminin ?

Comme son équivalent masculin, le préservatif féminin est un moyen de contraception. Il est utilisé pour éviter une grossesse en l’absence d’autres contraceptifs. Sa fiabilité est comparable à celle du préservatif masculin.

Le risque de grossesse varie de 2,6% en cas d'utilisation correcte à 10% en pratique (respectivement, 2% et 12% pour le préservatif masculin). Mais cependant inférieure à celle d’autres alternatives mieux connues telles que la pilule ou le stérilet.

Le préservatif féminin protège-t-il des IST ?

Les préservatifs féminins offrent en outre une protection contre les IST – notamment contre le VIH (responsable du sida). Ce qui n’est évidemment pas le cas de la pilule ou du stérilet. Ils diminuent également la transmission du HPV ou papillomavirus (qui provoque le cancer du col de l’utérus) mais ne l’évite pas complètement.

Par ailleurs attention, le préservatif féminin ne recouvre pas entièrement les petites lèvres. Il n’offre donc pas une très bonne protection, ni contre l’herpès, ni contre le HPV (également responsable de verrues génitales) qui se transmettent aussi de peau à peau.

Dès lors, la combinaison d’un contraceptif très fiable pour éviter une grossesse non désirée (par exemple, pilule ou stérilet, implant, patch ou anneau contraceptif) et d’un préservatif (féminin ou masculin) pour limiter les IST permet une protection satisfaisante lors des rapports sexuels.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Stichting Anticonceptie Nederland, mai 2011
Beksinska M et al. Contraception, janvier 2012