Comment ne pas reprendre de poids après un régime ?

© Fotolia

La grande majorité des régimes se soldent à leur arrêt par une reprise de poids, voire un retour au poids initial, sinon plus. Pas de fatalité, un ajustement particulier de l’alimentation post-régime peut permettre d’éviter la reprise de poids.

PUB

Les régimes sont peu efficaces

Après un régime, il y a reprise de poids dans 95% des cas (1). Pire, la reprise de poids après chaque régime tend à être de plus en plus importante, c’est ce que l’on appelle l'effet yo-yo. Ce phénomène a été attesté à grand bruit médiatique il y a quelques années dans un rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses).

La morale est que les régimes sont peu efficaces et qu’il est préférable de réapprendre à bien manger pour toute sa vie, plutôt que de se fixer des objectifs ponctuels, parfois farfelus, avec des restrictions et des frustrations.

PUB
PUB

Quelle alimentation pour ne pas reprendre de poids après un régime ?

Malgré tout, on peut se demander quel type d’alimentation il est préférable d’adopter après un régime pour maximiser ses chances de ne pas reprendre du poids.

La réponse nous est indiquée par cette étude européenne Diet Obesity and Genes (DIOGENES) menée chez des personnes ayant suivi un régime hypocalorique pendant 8 semaines*, puis ayant immédiatement enchaîné une alimentation visant à maintenir l’amaigrissement obtenu.

Les personnes étaient assignées à différents régimes selon leur teneur en protéines et leur index glycémique. Après le régime hypocalorique (perte de poids initiale moyenne de 11 kg), la reprise de poids a été la plus forte avec une alimentation post-régime à teneur basse en protéines et à index glycémique élevé. Inversement, le meilleur maintien de l’amaigrissement a été obtenu avec une alimentation post-régime riche en protéines (25% des calories) et ayant un index glycémique bas (2).

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 10 Décembre 2010 : 11h10
Mis à jour le Jeudi 30 Avril 2015 : 16h10
Source : Rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation, environnement et travail (Anses), novembre 2010 (1) ; Larsen TM et coll., N Engl J Med 2010 ; 363 : 2102-13 (2) ; Tracy Bale et coll., The Journal of Neuroscience, 1er décembre 2010 (3).