Comment manger de la viande française

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Dimanche 26 Juillet 2015 : 22h57
Mis à jour le Lundi 27 Juillet 2015 : 09h54

Les récentes opérations « coup de poing » des éleveurs pour vérifier les étiquetages de la viande dans les supermarchés ne vous ont sûrement pas échappé. En effet, malgré une réglementation assez stricte - en tout cas pour la viande bovine, soit le bœuf et le veau - les dérives sont fréquentes et vous en faites les frais. 

Publicité

Si vous achetez toute votre viande chez un bon boucher, en principe pas de problèmes : il s’approvisionne directement chez un éleveur français ou indirectement pas l’intermédiaire d’un grossiste. L’origine de ses viandes est obligatoirement affichée dans sa boutique.

Si vous vous fournissez dans un supermarché en morceaux prédécoupées, regardez bien l’étiquette.

Pour le bœuf et le veau, elle doit indiquer obligatoirement la catégorie de l’animal, son pays de naissance et d’élevage, celui de l’abatage et le numéro de l’abattoir, celui du découpage et de l’atelier de découpe.

Publicité
Publicité

Mais pour les autres viandes - agneau, porc volailles - l’indication du pays de naissance n’est pas obligatoire. Seules les mentions du lieu d’élevage et d’abattage le sont.

Autrement dit, ce beau « gigot d’agneau des bocages » qui vous a séduit vient souvent d’un agneau né en Nouvelle-Zélande (ou d’un autre pays producteur), expédié tout petit en France où il a été élevé et ensuite abattu. Il peut fort bien être très bon mais il ne vient pas d’un élevage français.

Si vous voulez soutenir les éleveurs français, prenez le temps de regarder les étiquettes et achetez de la viande d’un animal né en France. Quel qu’il soit, quand il l’est, c’est toujours indiqué par un des sept logos Viandes de France (agneau, chevreau, chèvre, veau, chevaline, ovine, bovine, porc, volaille, lapin)

Paule

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Dimanche 26 Juillet 2015 : 22h57
Mis à jour le Lundi 27 Juillet 2015 : 09h54
PUB
PUB