Comment faire accepter ses idées... à son chef ?
Publié le 30 Avril 2003 à 2h00 par Psychonet Production
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Mettez les formes

Votre patron compte sur votre énergie et votre inventivité… mais il ne veut certainement pas être mis en concurrence avec le petit jeune qui monte !

" Tout patron a deux objectifs contradictoires. Le premier est d'obtenir le meilleur des collaborateurs. Et le deuxième est d'affirmer son rôle de chef ", explique François Lelord. Les plus assurés seront prêts à accueillir vos idées, les autres pourront se sentir menacés dans leur position si vous paraissez trop entreprenant.

Il convient donc de mettre particulièrement les formes pour présenter vos idées !

Choisissez le moment ad hoc

Pour évoquer votre idée, vérifiez que votre patron n'est pas préoccupé et qu'il peut vous consacrer toute son attention.

" Préférez l'annonce de l'idée en tête-à-tête plutôt qu'au cours d'une réunion, conseille le psychiatre. Il aura davantage la liberté de vous poser des questions, d'y réfléchir, d'hésiter. "

Présentez bien l'idée

" Un chef acceptera d'autant plus facilement une idée qu'il aura l'impression de l'avoir inspirée ", remarque François Lelord. " Commencez par lui citer l'une de ses réflexions, puis présentez votre idée comme si elle en découlait naturellement. "

Flatteur et efficace !

Puis, quand vous développerez votre idée, mettez en exergue tous les points qui sont en accord avec les objectifs de votre supérieur.

Et en cas de refus ?

Il est bien possible que l'on mette votre idée au rebut, si bonne soit-elle.

" Mais soyez toujours force de proposition, et non force de revendication ", conseille le psychiatre. Si votre chef n'accepte pas votre idée, ne sombrez pas dans le désespoir. "

" N'hésitez pas à la représenter quelque temps plus tard dans des conditions plus favorables, en lui ayant laissé le temps d'y réfléchir ", conclut François Lelord.