Comment choisir un détecteur de monoxyde de carbone fiable ?

Suite à des essais ayant porté sur une dizaine de détecteurs de monoxyde de carbone, la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC) en arrive à la conclusion que ces équipements ont « un niveau de fiabilité trop souvent insuffisant ». Au-delà de conseils pour choisir son détecteur, c’est le moment de rappeler les grandes consignes de prévention, car avec ou sans détecteur, elles restent essentielles pour prévenir les intoxications.
© Istock

Comment bien choisir son détecteur de monoxyde de carbone ?

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore et inodore, produit par des appareils de chauffage à combustion ou d’eau chaude vétustes ou mal entretenus (cheminée à foyer ouvert, poêle à bois, à charbon, à pétrole, groupe électrogène, moteur à combustion…). Chaque année en France, des milliers de foyers se retrouvent intoxiqués au monoxyde de carbone et une centaine de personnes en décèdent.

La CSC invite les pouvoirs publics à renforcer la réglementation, à développer un nouveau marquage de sécurité et à retirer du marché les appareils dangereux.

Conseils pour choisir son détecteur de CO

Choisir un appareil bénéficiant du marquage volontaire NF 292 ou à défaut, un détecteur sur lequel figure le numéro de la norme NF EN 50291 et le nom de l’organisme ayant certifié leur conformité à ce référentiel.

Le détecteur de CO ne suffit pas

Si installer un détecteur (fiable) est sécurisant, en parallèle, il est indispensable de respecter les règles de prévention pour éviter les intoxications :

  • Faites vérifier tous les ans par un professionnel le bon fonctionnement de vos appareils de chauffage et de production d’eau chaude.
  • Faites ramoner vos conduits de fumée.
  • N’obstruez pas les bouches d’aération et veillez à leur bon fonctionnement.
  • Enfin, aérez tous les jours chaque pièce de votre logement.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Avis de la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC) du 21 novembre 2013.