Chirurgie du regard, blépharoplastie : des indications esthétique et santé

© Istock

Quand on pense "chirurgie du regard", on pense avant tout à l’esthétique. Mais il serait réducteur de s’arrêter à la seule préoccupation d’un regard jeune ou lumineux. Les chirurgiens ophtalmologistes spécialisés en oculoplastie s’occupent aussi de tous les problèmes du contour de l’œil qui peuvent impacter la vue, comme un vieillissement des paupières avec la blépharoplastie (chiurgie des paupières), les tumeurs ou les malformations congénitales.

PUB

Blépharoplastie et chirurgie du regard : pour quelles indications et quels symptômes ?

La chirurgie duregard est le traitement chirurgical des maladies et des anomalies du regard, qu’elles soient esthétiques ou fonctionnelles, c’est à dire gênant ou compromettant la vue. Elle comprend le traitement des paupières, la blépharoplastie, dont le rôle de protection du globe oculaire est essentiel. Il s’agit non seulement de la prise en charge de maladies du revêtement cutané des paupières, mais également des plans plus profonds comme les muscles palpébraux (relatifs aux paupières) et également les organes dits "accessoires" des paupières (follicules pileux, glandes sébacées etc..). Le champ d’action comprend ainsi toute la région autour de l’œil (dite périoculaire), y compris le sourcil et les cernes ( sillon jugo-palpébral) ou encore les poches graisseuses.

Dr Olivier Galatoire, chef de service de Chirurgie reconstructive orbito-palpébrale à la Fondation ophtalmologique Adolphe de Rothschild (Paris) et coordinateur du rapport 2016 de la Société française d’ophtalmologie "La chirurgie duregard" : « L’ophtalmologie est un domaine plus vaste qu’on ne le croit, cette spécialité va du nerf optique au fond de l’orbite jusqu’aux paupières. Ces dernières années, l’expertise ophtalmologique s’est beaucoup développée. La chirurgie du regard est une spécialité ophtalmologique, validée par un diplôme universitaire et coordonnée par une Société scientifique. Le nombre de chirurgiens ophtalmologues qui opèrent les paupières est passé en 20 ans de quelques dizaines à plusieurs centaines aujourd’hui ».

PUB
PUB

Blépharoplastie : quelles anomalies de la paupière sont concernées ?

La chirurgie dite "oculoplastique", dont la blépharoplastie, traite :

  • Les anomalies liées au vieillissement, que celles-ci soient fonctionnelles ou purement esthétiques. Cela concerne la chute des paupières (phénomène de "ptose") pouvant aller jusqu’à couvrir l’axe visuel. Les paupières peuvent aussi se retourner vers l’intérieur ou vers l’extérieur, menaçant le globe oculaire et la cornée. Toutes ces malpositions de la paupière liées à l’âge ne relèvent pas uniquement d’une prise en charge esthétique.
  • Les anomalies cancéreuses, avec les tumeurs des paupières, plus fréquentes chez les patients âgés. Leur prévalence est en augmentation, du fait du vieillissement de la population mais aussi parce qu’elles sont en grande partie les conséquences des abus d’exposition solaire -sans lunettes de soleil- d’il y a une trentaine d’années.
  • Les anomalies de positionnement ou encore de la formation des paupières observées dès la naissance (congénitales). La plus courante est le "ptosis", qui correspond à une anomalie de position de la paupière qui est trop basse et peut ainsi occulter la vue plus ou moins partiellement. La prise en charge doit être précoce et ophtalmologique pour ne pas entraver le développement visuel dans l’enfance. Car le ptosis peut créer une amblyopie. Cette maladie doit être traitée avant les 6-8 ans de l’enfant car si l’on tarde trop, petit à petit, le cerveau visuel ne sera plus capable d’utiliser l’œil non fonctionnel (amblyope), même après correction du trouble responsable.
  • Les anomalies de fermeture de paupières ou encore les paupières malformées, trop petites par exemple.
Publié le 22 Juin 2016 | Mis à jour le 30 Juin 2016
Auteur(s) : Hélène Joubert, journaliste scientifique
Source : D’après un entretien avec le Dr Olivier Galatoire, chef de service de Chirurgie reconstructive orbito-palpébrale à la Fondation ophtalmologique Adolphe de Rothschild (Paris) et coordinateur du rapport 2016 de la Société française d’ophtalmologie "La chirurgie du regard".