Changer de comportement pour changer d'émotion

" Tu as le droit d'être en colère, mais pas de taper ". C'est ce que nous expliquons à un enfant pour l'éduquer correctement. Ses émotions, il ne les choisit pas, mais il doit en rester maître. Pourtant, il est possible, en partie, de choisir ses émotions, d'agir pour les influencer.
PUB

Un exemple simple : pendant quelques secondes, voûtez-vous un peu et marchez en regardant par terre, en rasant les murs. Immédiatement, vous vous sentez mal à l'aise, manquez de confiance. Puis au contraire, redressez-vous et faites quelques pas le dos bien droit en regardant droit et loin devant vous. Instantanément, vous vous sentez plus sûr de vous, plus confiant. Le choix de votre posture a conditionné votre ressenti intérieur.

Il est donc possible d'agir sur des choses profondes en agissant sur la surface. Et c'est vrai également pour des émotions encore plus étonnantes.

PUB
PUB

En voici un exemple très parlant : quand vous faites l'amour, choisissez des mouvements de va-et-vient rapides et puissants. Vous faites monter la tension sexuelle et vous allez vers un sentiment de forte excitation. Si, au contraire, vous décidez de choisir des mouvements de va-et-vient doux et tranquilles, l'émotion qui va venir sera plutôt de la tendresse, un sentiment amoureux. Souvent, on imagine que c'est forcément le niveau d'excitation forte ou non qui vous fait choisir le rythme et l'intensité des mouvements. Et c'est vrai. Mais le contraire est vrai aussi : le choix de votre rythme va influencer vos émotions.

Ainsi, à condition de le savoir ou de le pressentir, vous pouvez, par vos actions, agir sur vos sentiments profonds. C'est un savoir à cultiver pour soi, mais aussi à apprendre aux enfants. Des mouvements très calmes et une respiration lente peuvent calmer une colère, une chanson douce chantée ensemble peut faire revenir un sourire Et cet apprentissage est le cadeau d'une liberté supplémentaire, celle de ne pas se croire esclave de ses propres émotions.

Publié le 24 Novembre 2004
Auteur(s) : Dr Catherine Solano