Ce n'est pas votre lieu de travail qui vous rend malade, c'est votre travail !

Une des plus vastes études sur le sujet vient de conclure que les symptômes réunis sous l'appellation de "sick building syndrome" ne sont pas provoqués par l'environnement de travail physique, mais bien par le stress engendré par le travail.
PUB

Les fonctionnaires sur la sellette

4.052 fonctionnaires civils, hommes et femmes, âgés de 42 à 62 ans et travaillant dans 44 immeubles de bureau dans la banlieue londonienne, ont répondu à un questionnaire permettant d'évaluer leur état de santé général et de détecter la présence éventuelle de symptômes liés au « sick building syndrome ». On les a également interrogés sur les caractéristiques physiques des immeubles dans lesquels ils travaillaient et sur le degré de stress associé à leur travail.

PUB
PUB

Davantage les femmes et les jeunes

Comme d'autres études l'avaient déjà mis en évidence, les femmes présentaient davantage de symptômes liés au « sick building syndrome » que les hommes, les jeunes travailleurs étant aussi davantage exposés que les travailleurs plus âgés. Une femme sur cinq et un homme sur sept ont fait état de cinq symptômes ou plus, associés au « sick building syndrome ». Les auteurs n'ont toutefois mis en évidence qu'un lien ténu entre l'environnement de travail physique et les symptômes.

Publié le 24 Avril 2006
Auteur(s) : Claudine De Kock, journaliste santé
Source : Marmot, A.
Voir + de sources
F. "Occupational and Environmental Medicine", March 2006; vol 63: pp 283-289.