Cancer de la vessie : le BCG comme allié

Avoir été vacciné par le BCG semble augmenter l’efficacité d’un traitement antirechute utilisé dans la prise en charge de certains cancers de la vessie.
© getty

Un bénéfice inattendu de la vaccination par le BCG

Une étude française vient de mettre en évidence un bénéfice inattendu de la vaccination contre la tuberculose par le BCG : elle augmente l’efficacité d’une stratégie thérapeutique classiquement utilisée chez les patients atteints d’un cancer superficiel de la vessie.

Le traitement de ce type de cancer passe généralement par la chirurgie qui permet de retirer la tumeur, puis par un traitement dit « adjuvant ». Ce dernier va réduire le risque de rechute en éliminant les cellules cancéreuses qui peuvent persister dans l’organisme à l’issue de la chirurgie.

La BCG-thérapie contre les rechutes du cancer de la vessie

En cas de tumeurs à risque moyen ou élevé de rechute, le traitement adjuvant standard consiste en une série d’instillations de BCG, directement dans la vessie.

On parle de BCG-thérapie.

Bien que le mécanisme d’action de cette approche soit mal compris, son efficacité est démontrée depuis plusieurs décennies.

C’est en cherchant à mieux comprendre comment la BCG-thérapie fonctionne que Matthew Albert et ses collaborateurs ont découvert que cette méthode est encore plus efficace chez les patients qui ont été vaccinés par le BCG plus tôt dans leur vie et réagissent toujours au test cutané à la tuberculine.

Les données recueillies par les chercheurs suggèrent en outre qu’une injection intracutanée de BCG, réalisée quelques semaines avant les instillations du vaccin dans la vessie, devrait renforcer l’efficacité des instillations intravésical es. Les chercheurs espèrent rapidement tester cette hypothèse au cours d’un essai clinique.

La Fondation ARC soutient les travaux de Matthew Albert et de ses collaborateurs visant à améliorerl’efficacité de la BCG-thérapie.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : ARC, E.B. C. Biot et coll., « Science Translational Medicine » du 6 juin 2012