Brumisateurs : précaution d'emploi

Depuis quelques années, nombre d'entre nous utilisent des brumisateurs pour se rafraîchir. Si les modèles pré-remplis à usage unique ne posent aucun problème, attention aux vaporisateurs rechargeables, ils peuvent être favorables à la prolifération de germes pathogènes.

Publicité

Risque de germes pathogènes dans les brumisateurs rechargeables

Les brumisateurs ou vaporisateurs d'eau sont de deux types : pré-remplis à usage unique, généralement sous pression de gaz, ou rechargeables.

Suite à la canicule de 2003, le Ministère de la Santé a mis en garde contre l'utilisation de ces derniers. En effet, l'eau contenue dans de tels brumisateurs peut dans certains cas (stockage prolongé, réchauffement de l'eau en période de chaleur) présenter des conditions favorables à la survie et à la prolifération de germes pathogènes : Legionella pneumophilia et Pseudomonas aeruginosa.

Publicité
Publicité

C'est ainsi que leur utilisation peut entraîner un risque d'infections, notamment respiratoires, en particulier parmi les patients fragilisés et les personnes âgées.

Brumisateur rechargeable : les précautions d'emploi

Afin d'éviter toute exposition à des aérosols contaminés, les utilisateurs doivent respecter certaines précautions d'emploi :

  • Lorsque le brumisateur rechargeable est presque vide, la remise à niveau de liquide est à proscrire. Le liquide restant doit être vidé avant de procéder à un nouveau remplissage ;
  • Utiliser de l'eau de source ou minérale naturelle et non de l'eau du robinet ;
  • Le brumisateur doit être lavé tous les jours au lave-vaisselle ou en l'immergeant dans une solution de détergent désinfectant agréé « contact alimentaire » pendant le temps préconisé par le fabriquant, avant de le rincer abondamment, de l'égoutter et d'en sécher la partie extérieure.
 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 25 Août 2004 : 02h00
Mis à jour le Mardi 20 Juin 2017 : 15h49
Source : Circulaire DHOS/E4/E2/DGAS/7A n°377 du 3 août 2004 relative aux matériels de prévention et de lutte contre les fortes chaleurs dans les établissements de santé et les établissements d'hébergement pour personnes âgées.