Benzodiazépines : jamais plus de 3 mois !

Publié le 30 Juin 2015 par Rédaction E-sante.fr
Suite à une réévaluation des benzodiazépines, la Haute autorité de santé (HAS) confirme l’intérêt de ces médicaments utilisés contre l’anxiété et l’insomnie, mais elle met aussi en garde contre les effets indésirables et notamment contre le risque de dépendance. En pratique, il est rappelé que les anxiolytiques ne doivent être utilisés que sur une courte période, pas plus de 2 à 3 mois.
PUB

Benzodiazépines : efficacité thérapeutique confirmée

Sur une courte période, la prise de benzodiazépines est efficace pour traiter l’anxiété et l’insomnie. Mais de nombreuses personnes prennent ces médicaments sur une durée supérieure à celle recommandée par les autorités de santé, à savoir durant plus de 8 à 12 semaines. C’est le cas de 16% des 7 millions de personnes traitées par des benzodiazépines en 2014.

La réévaluation de la HAS confirme donc la nécessité de maintenir le taux de remboursement des benzodiazépines à 65%, mais aussi celle de réduire les prescriptions prolongées.

PUB

Les benzodiazépines au long cours exposent à des effets secondaires et à une dépendance

De quels médicaments parle-t-on exactement ?

Benzodiazépines utilisées contre l’anxiété et l’insomnie : alprazolam (XANAX), bromazépam (LEXOMIL), clobazam (URBANYL), clorazépate (TRANXENE), clotiazépam (VERATRAN), diazépam (VALIUM), loflazépate (VICTAN), lorazépam (TEMESTA), nordazépam (NORDAZ), oxazépam (SERESTA), prazépam (LYSANXIA) et leurs génériques.

Prendre des benzodiazépines de façon prolongée expose à des effets indésirables (troubles de la vigilance, chutes, troubles de la mémoire…) et au risque de dépendance. Ces médicaments ne doivent être pris qu’à court terme, entre 2 et 3 mois maximum.

PUB

Les médecins sont invités à réduire la durée des prescriptions et à évaluer la dépendance au traitement de leurs patients afin de mettre en place une stratégie de sevrage. Les patients quant à eux sont invités à utiliser ces médicaments de façon responsable.

Source : Communiqué de presse de la HAS, 29 juin 2015.
PUB
Contenus sponsorisés

A lire aussi

Benzodiazépines : 1 Français sur 5 !

Quand le sommeil vieillit

Tous accros aux tranquillisants ?

À partir de 3 mois de traitement, les benzodiazépines augmentent le risque d’Alzheimer…

Quels sont les médicaments qui augmentent les troubles de la mémoire ?

Plus d'articles