Bébé a une rhino

La rhinopharyngite, maladie très fréquente chez les enfants de 6 mois à 4 ans, correspond à une inflammation de la muqueuse des fosses nasales jusqu'au pharynx. Banale et sans gravité, elle passe généralement toute seule en quelques jours. Néanmoins, attention, elle évolue parfois vers des complications.
Publicité

La rhinopharyngite chez les bébés

Difficile pour un bébé d'échapper à tous ces virus et bactéries qui circulent durant l'hiver. Cependant, c'est en les rencontrant qu'il exerce et acquiert progressivement ses défenses immunitaires. Il s'adapte ainsi à son environnement.

La rhinopharyngite est aussi fréquente que banale. Elle provoque un écoulement nasal de couleur claire, qui devient ensuite plus abondant et jaunâtre. Votre enfant se met alors à tousser, signe que les mucosités s'écoulent aussi au fond de la gorge. Elle s'accompagne parfois chez les nourrissons d'une fièvre modérée, de quelques selles molles et de petits ganglions au niveau du cou. Généralement due à un virus, la rhinopharyngite évolue favorablement en quelques jours.

Toutefois, si la fièvre est plus élevée ou persiste 3 à 4 jours, consultez votre pédiatre.

En effet, la rhinopharyngite peut se surinfecter et se compliquer en otite, bronchite, laryngite ou angine.

Quel traitement contre la rhinopharyngite ?

La première chose à faire est d'aider bébé à respirer en lui lavant les fosses nasales à l'aide de sérum physiologique ou d'un spray à base d'eau de mer ou thermale. Ce soin biquotidien du nez facilitera l'élimination des sécrétions et éloignera les complications.

Humidifiez l'atmosphère de sa chambre.

Surélevez légèrement sa tête avec un oreiller afin qu'il respire plus facilement durant la nuit ou la sieste.

Les antibiotiques ne sont pas nécessaires puisque l'infection est virale et non bactérienne. En revanche, ils peuvent être employés pour lutter contre les surinfections bactériennes.

En cas de rhinopharyngites récidivantes, il est nécessaire de rechercher un terrain allergique, une hypertrophie des végétations, un déficit immunitaire ou une carence en fer.

Guide: 

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 03 Décembre 2003 : 01h00
Mis à jour le Mardi 06 Octobre 2015 : 10h19
PUB
PUB