Bébé : eczéma, dermatite atopique, quels symptômes, quels traitements ?

Publié le 23 Août 2005 à 2h00 par Rédaction E-sante.fr
On estime que 10 à 15% des bébés français ont une dermatite atopique ou eczéma du nourrisson. La fréquence de cette maladie de peau a considérablement augmenté. Comment reconnaître l'eczéma du nourrisson et le traiter ?
© Istock
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Dermatite atopique : fréquence en hausse

La fréquence de la dermatite atopique a doublé en dix ans. Les scientifiques ont avancé la théorie « hygiéniste » pour expliquer cette considérable augmentation. Vaccins, antibiotiques et hygiène croissante constituent de véritables progrès, qui ont permis de protéger les enfants de nombreuses maladies infectieuses. En revanche, de telles améliorations auraient modifié leur système immunitaire, les exposant davantage aux allergies. Parallèlement, de nouveaux allergènes ainsi que la pollution contribuent également au développement des allergies.

Prédisposition à l'éczéma

L'eczéma touche préférentiellement les enfants issus d'une famille prédisposée à l'allergie. Ainsi, un enfant dont l'un des parents est allergique a 50% de risque d'être touché par la dermatite atopique. Ce risque atteint les 80% si deux parents sont allergiques (un des parents et un frère ou une soeur). Sans prédisposition, le risque est de 5%.

L'éczéma, dès trois mois...

L'eczéma survient le plus souvent vers l'âge de deux ou trois mois et sévit particulièrement durant la première année, pour ensuite s'améliorer vers 2-3 ans. Toutefois, certains enfants présentent encore des plaques à 6-7 ans, voire plus tardivement encore. Mais en règle générale, 80% des dermatites atopiques disparaissent vers 2-3 ans, laissant une peau sèche qui démange à la transpiration, intolérante au contact de la laine et sensible aux facteurs irritants.

Quels sont les symptômes de l'éczéma ?

Chez le nourrisson, les lésions se situent surtout au niveau du cuir chevelu, du visage (front et joues), du cou, des fesses, des bras et des jambes. Ensuite, lorsque les lésions régressent, elles se localisent davantage au niveau des plis des coudes et des genoux. Cette maladie évolue par poussées spontanées ou déclenchées par une éruption dentaire ou des troubles digestifs. Chaque poussée se déroule en trois étapes :

  • des démangeaisons apparaissent, la peau devient rouge et de minuscules vésicules se forment, donnant un aspect granuleux ;
  • les vésicules grossissent et entraînent un grattage, ce qui provoque leur rupture, elles se mettent alors à suinter ;
  • des croûtes se forment et tomberont quelques jours plus tard.

A savoir : la peau debébé est sèche en permanence, même en dehors des poussées.

Le traitement de l'éczéma

Il ne permet pas de guérir, mais diminue le nombre et l'intensité des poussées, et soulage l'enfant. Conformément au consensus de la Société française de dermatologie, il repose sur des crèmes à base de cortisone (dermo-corticoïdes) et sur la lutte contre le dessèchement de la peau. L'application de la crème ou pommade doit toujours être dégressive et on établit le compte hebdomadaire des tubes utilisés. Des bains tièdes (35°C, pas plus) et antiseptiques peuvent être proposés, mais uniquement lors des aggravations, suivis d'un rinçage soigneux et d'un séchage par sèche-cheveux. Le reste du temps, une toilette avec un savon surgras est préférable. En dehors des poussées, des émollients et des produits hydratants peuvent être prescrits chez l'enfant de plus de deux ans par les dermatologues et les pédiatres.

Des règles d'hygiène doivent également être respectées :

  • Humidification des pièces et notamment de la chambre de bébé.
  • Pas de vêtement en laine.
  • Eviter la sudation (transpiration).
  • Destruction des acariens.
  • Eviction des plumes et des poils.

Eczéma, dermatite atopique, quelle prévention ?

Il n'existe pas de moyen préventif vraiment efficace. Toutefois dans les familles à risque, on conseille l'allaitement, sinon de recourir à des laits infantiles hypoallergéniques, et de ne pas débuter la diversification avant le cinquième mois.

Source : Société Française de Dermatologie, conférence de consensus, janvier 2005.