Beauté : hydrater sa peau pour pétiller de santé

Au sortir de l'été, sous l'action conjuguée du soleil, du vent, de la pollution et de la mer, la peau, élément essentiel de notre épiderme, se déshydrate. Assoiffée, elle perd alors de sa souplesse et de son velouté. Cependant, il ne faut pas confondre une peau sèche et une peau déshydratée. Alors que les premières manquent de lipides, l'état des secondes se caractérise par un manque d'eau.
PUB

Ne confondez plus peau sèche et peau déshydratée

Lorsqu'on parle de déshydratation, souvent la vision d'une peau sèche, une peau de crocodile vient à l'esprit. Pourtant, bien que la peau sèche y soit plus sujette par manque de lipides (éléments gras qui hydratent les tissus et retiennent l'eau) une peau grasse peut aussi se déshydrater ! Les caractéristiques d'une peau déshydratée sont facilement reconnaissables : la peau est rêche et rugueuse, des ridules de déshydratation peuvent apparaître, des tiraillements se font sentir et le teint peut afficher grise mine. Mais la déshydratation est un état : une fois l'équilibre rétabli, la peau retrouve sa souplesse et un taux d'hydratation normal. En revanche, petites rides, tiraillements douloureux de la peau, manque de souplesse et sensation d'inconfort sont les symptômes les plus criants du dessèchement cutané aigu. Sèche, la peau est plus fragile et plus sensible. Plus vulnérable, aussi : pour les peaux sèches, le mécanisme de vieillissement tend à s'accélérer.

PUB
PUB

Peau : les causes de la déshydratation

Les principales causes de déshydratation du visage qui concernent toutes les femmes, quel que soit leur âge, sont les conditions climatiques (froid, vent, chute de température soudaine, soleil, pollution, climatisation). Un choc psychologique ou un dérèglement hormonal peuvent aussi être sources de déshydratation tout comme le processus naturel de vieillissement. L'utilisation de produits nettoyants mal adaptés ou de savons au pH trop élevé abîment également le film hydrolipidique qui se trouve à la surface de la peau et qui la protège des agressions extérieures.

Publié le 17 Septembre 2007 | Mis à jour le 02 Mai 2016
Auteur(s) : Valériane Munoz, journaliste santé