Aphasie

© getty

Pour bien comprendre l'aphasie, on doit connaître la structure du cerveau humain.

Ce dernier est divisé en deux parties, l'hémisphère dominant et l'hémisphère mineur.

C'est dans l'hémisphère dominant que se situe le centre du langage, responsable de l'expression et de la compréhension du langage.
L'hémisphère mineur est le siège des fonctions de perception et d'orientation dans l'espace.

Et, dans chacun des hémisphères, se trouvent la vision, la sensibilité et la motricité.

Publicité

Aphasie : Comprendre

L'aphasie est un signe neurologique dû à un trouble de l'hémisphère dominant.

Selon le type d'aphasie, le problème peut être de trouver les mots, de comprendre les mots, ou les deux.

Ainsi, l'aphasique est incapable de comprendre ce qu'on lui dit ou de trouver les mots nécessaires pour terminer ses phrases. Il peut également éprouver certaines difficultés à lire et à écrire.

L'aphasie de Broca (ou aphasie motrice) :

  • excellente compréhension du langage,
  • atteinte de l'expression,
  • difficulté ou incapacité à trouver les mots justes,
  • troncation des phrases (exemple : "Je suis allé à l'hôpital" deviendra "Allé hôpital").

L'aphasie de Wernicke (ou aphasie sensorielle) :

  • atteinte de la compréhension,
  • facilité d'expression,
  • production de longues phrases sans signification,
  • ajout de mots inappropriés (exemple "Le chien mange du papier j'irai demain"),
  • substitution d'un mot à un autre ou d'une syllabe à une autre, phénomène appelé "paraphasie".

L'aphasie globale :

  • atteinte à la fois de l'expression et de la compréhension.

Aphasie : Causes

L'accident vasculaire cérébral (AVC)

C'est la cause la plus fréquente d'une aphasie d'apparition subite. Un caillot ou une thrombose peut obstruer les artères qui irriguent l'hémisphère dominant du cerveau. Une paralysie complète ou partielle d'une moitié du corps accompagne souvent l'aphasie lors d'un AVC. S'il se produit dans l'hémisphère mineur, l'AVC peut causer certains problèmes d'élocution, en raison de la paralysie de la bouche et des muscles de la phonation (dysarthrie). Dans un tel cas toutefois, l'expression et la compréhension ne sont pas touchées.

Un traumatisme

Comme une grave blessure à la tête.

Une tumeur cérébrale

La croissance d'une tumeur cérébrale peut entraîner une compression progressive du centre du langage.

Un syndrome démentiel (exemple : la maladie d'Alzheimer)

Ce type de maladie détruit peu à peu les cellules cérébrales responsables du langage.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 02 Octobre 2014 : 15h58
Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005.
PUB
PUB