L'allergie aux bijoux et cosmétiques, que savoir ?

Publié le 18 Décembre 2002 à 1h00 par Rédaction E-sante.fr
Dans votre entourage, vous avez certainement déjà entendu quelqu'un raconter avoir dû changer son bracelet-montre en raison de démangeaisons au poignet ou encore se plaindre d'un mascara qui fait gonfler les paupières. Il s'agit d'allergie aux cosmétiques et aux bijoux. Rassurez-vous, ces allergies restent localisées au niveau de la peau, atteignent exceptionnellement les muqueuses, mais jamais les voies respiratoires.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Ce phénomène de contact se déroule en deux étapes

Phase de sensibilisation : l'objet ou la substance est appliquée sur la peau durablement ou de façon répétée. Cette période de sensibilisation peut être très longue. Ainsi, les enfants en sont rarement atteints, tandis que les jeunes filles le sont plus souvent en se parant plus tôt de bijoux et autres fantaisies. Phase de révélation : l'allergie devient visible. Des plaques rouges apparaissent et démangent. Attention, à la différence de la réaction d'irritation qui se manifeste environ 6 heures après le contact, l'allergie de contact apparaît généralement à retardement, avec un à quatre jours de décalage. La lecture des tests cutanés est donc également pratiquée avec un retard.

Accusé, levez-vous !

Pour les bijoux, le responsable est principalement le nickel. Si les autres métaux ne sont que très rarement allergisants comme l'or, le cuivre ou l'argent, c'est à condition qu'ils ne soient pas contaminés par le nickel. Pour les cosmétiques, se sont généralement les substances qui accompagnent le produit, appelées excipients, comme les parfums, le para-phénylène diamine des teintures capillaires, certaines substances végétales et des conservateurs.

L'enquête

Un allergologue tentera d'identifier le responsable en pratiquant des tests cutanés. Des patchs appliqués sur la peau (sur n'importe quel endroit du corps, souvent dans le dos) pourront reproduire localement les lésions, sans dangers.Si les allergies respiratoires et alimentaires ont fortement progressé ces dernières années, il n'en est pas de même pour les bijoux et cosmétiques. D'une part les industries mettent sur le marché des produits de mieux en mieux tolérés, et d'autre part, les consommateurs mieux informés préfèrent souvent les produits dits hypoallergiques. Ainsi, n'employez que des produits dont la composition est clairement indiquée et si l'un d'entre eux est suspect, rapportez l'emballage lors de votre consultation chez l'allergologue afin de faciliter l'enquête. Avant de choisir un parfum, demandez un échantillon pour le tester au préalable. Mais hélas, sachez qu'il n'existe pas de possibilité de désensibilisation à une allergie de contact, même si le responsable des désagréments a été identifié. La seule solution : éviter autant que possible l'allergène.

Source : Communiqué de l'ANAICE, Syndicat des allergologues exclusifs français (www.anaice.org), novembre 2002.