Alcool : encore plus dangereux pendant l’été

En été, les occasions de boire se multiplient, les accidents de la route aussi.

Comment passer un été convivial et revenir de vacances en vie et sans être imbibé ?

PUB

Boire un petit coup, c’est agréable

Vacances ou pas encore en vacances, faites le compte de toutes les occasions estivales de boire.

Les apéritifs avec des amis se propagent : au bistro en sortant de la plage ou du bureau, sur une terrasse ou un balcon en ville parce qu’il fait bon et qu’on récupère de la journée, avant chaque repas dans un club ou une maison ou un hôtel de vacances, avec des copains de passage dans la région : « Venez donc prendre l’apéritif, on discutera un moment ! ». Ou des voisins qui vous rendront ensuite l’invitation.

PUB
PUB

Sans oublier les parties de pétanque et son pastis quasiment obligatoire.

Le piège du rosé et de la bière

Le rosé, le vin de l’été par excellence, s’installe sur les tables : c’est léger, le rosé, et ça désaltère, on ne fait pas vraiment attention. On l’attaque dès la mise en route du barbecue, comme ça « on ne fera pas de mélanges » car ce sont les mélanges de boissons alcoolisées qui sont dangereux, pense-t-on souvent et à tort.

Oui, mais le rosé, ça titre le plus souvent à 11°C d’alcool.

Une bonne bière bien fraîche quand on crève de soif en revenant d’une balade, des courses épuisantes au supermarché, c’est super agréable. En regardant la télé aussi.

Oui, mais il y a autant d’alcool dans 25 cl de bière que dans 3 cl de whisky ou que dans un verre de vin de 12,5 cl.

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 21 Juillet 2014 : 09h30
Mis à jour le Jeudi 21 Juillet 2016 : 15h53